La forme de patience la plus éprouvante pour le serviteur – Ibn Al Qayyim Al Jawziya

La forme de patience

la plus éprouvante pour le serviteur

Ibn Al Qayyim Al Jawziya

 

La difficulté d’endurer dépend de l’omniprésence de ce qui motive le serviteur à accomplir l’acte et la facilité avec laquelle il peut y avoir accès.

⇒ Lorsque ces deux aspects sont réunis, alors s’abstenir de commettre l’acte en question est la chose la plus éprouvante qui soit pour le serviteur endurant.

⇒ Si ces deux choses sont inexistantes, alors il sera aisé de patienter face à cet acte.

⇒ Si toutefois l’un des deux aspects est présent, ce sera à la fois aisé et éprouvant de patienter.

♦Celui donc qui n’a aucun motif l’incitant à tuer, à voler, à consommer les boissons enivrantes et à commettre toutes sortes de turpitudes, ni ne dispose facilement d’un accès à leur accomplissement, alors rien ne lui sera plus aisé que de patienter face à cela.

♦En revanche celui qui trouve des motifs l’incitant à les commettre ainsi qu’une facilité déconcertante à y avoir accès, alors pour lui, patienter sur le fait de ne pas tomber dans ces turpitudes comptera parmi les choses les plus éprouvantes pour sa personne.

Pour cette raison, la patience du sultan face au fait de tomber dans l’injustice, l’endurance du jeune face aux désirs charnels ainsi que la patience du riche face à l’envie de se procurer toutes sortes de délices et laisser libre cours à ses désirs ont une grande valeur auprès d’Allah.

Ibn al Qayyim al Jawziya / ‘Ouddatou s saabiriin wa dhakhiratou ch chaakiriin / p.110
traduit par SalafIslam.fr