L’attention particulière que les salafs portaient aux enfants

L’attention particulière

que les salafs portaient aux enfants

 

‘Aly ibn Abi Talib رضي الله عنه a dit au sujet du verset « préservez vous et vos familles d’un feu » :

« Enseignez leur la science et éduquez les sur les comportements honorables ».
[Mawssou’a ibn Abi Dounia, v.8/p.77].

On rapporte de ‘Ikrima رحمه الله qu’il a dit :

« Ibn ‘Abbas رضي الله عنهما me ligotait par le pied puis il m’enseignait le Qur’an et les sounans. »
[Tahdhib al Hilya, v.2/p.17].

On rapporte d’Ibn ‘Umar رضي الله عنهما qu’il a dit :

« Nous apprenions à l’enfant à prier dès lors qu’il distinguait sa droite de sa gauche ».
[Mawssou’a ibn Abi Dounia, v.8].

Il dit également à un homme :

« Ô toi, veille particulièrement à l’éducation de ton fils, car tu seras interrogé à son sujet, et lui sera interrogé sur sa bienfaisance envers toi. »
[Mawssou’a ibn Abi Dounia, v.8/p.73].

On rapporte de Soufyan Ath Thawry رحمه الله qu’il a dit :

« Il convient à l’individu de contraindre son enfant à l’apprentissage de la science, car il est responsable de lui. »
[Tahdhib as siyar, v.2/699].

Il a également dit :

« L’on avait coutume de dire que parmi les droits que l’enfant a sur son père est que ce dernier excelle dans sa manière de l’éduquer ».
[Mawssou’a ibn Abi Dounia, v.8/p.78].

On rapporte de ‘Ourwa ibn Zubeyr رحمه الله qu’il disait à ses enfants :

« Ô mes enfants venez et apprenez, car ils se peut que vous deveniez des personnalités éminentes parmi les gens. Lorsque j’étais jeune, personne ne me prêtait d’attention puis lorsque j’ai atteint l’âge que j’ai maintenant, les gens se sont mis à m’interroger, et rien n’est plus pénible pour quelqu’un que d’être interrogé sur une chose de sa religion alors qu’il l’ignore. »
[Mawssou’a ibn Abi Dounia, v.8/133].

On rapporte d’Ibn Choudhab رحمه الله qu’il répugnait le fait que l’enseignant frappe l’enfant et disait :

« il frappe quelqu’un qui n’a commis aucun péché ».
[mawssou’a ibn Abi Dounia, v.8/p.84].

On rapporte de Hicham ibn ‘Ourwa رحمه الله qui tient de son père…

qu’il ordonnait à ses enfants de jeûner lorsqu’ils en furent capables et de prier lorsqu’ils eurent atteint l’âge de raison.
[Mawssou’a ibn Abi Dounia, v.8/p.73 ].

On rapporte de Joundounb ibn Thabit رحمه الله qu’il a dit :

« Ils enseignaient à l’enfant la prière dès lors qu’il savait compter jusqu’à vingt ».
[Mawssou’a ibn Abi Dounia, v.8/p.73].

On rapporte de ‘Abdoullah ibn ‘Issa رحمه الله qu’il a dit :

« Cette communauté demeurera sur le bien tant que ses jeunes enfants apprendront le Qur’an. »
[Mawssou’a ibn Abi Dounia, v.8/p.75].

Ibrahim Al Harbi رحمه الله a dit :

« Éloignez vos enfants des mauvaises fréquentations avant que leur mal ne déteigne sur eux comme le vêtement déteint. »
[Dham al hawa, p.102].

On rapporte de Ziyad qui a dit :

« Zabid al Yami était le muezzin de sa mosquée, il disait aux enfants : « Venez priez je vous offrirais des noix. »
Il dit : « Alors ils venaient prier puis s’asseyaient autour de lui. »
On lui demanda alors : « Qu’est-ce que tu fabriques ? »
Il répondit : « Et alors ?! Je leur achète des noix pour 5 dirhams et eux s’habituent à prier ».
[Tahdhib al hilya, v.2/p.134].

Ach Cha’bi رحمه الله a dit :

« Le serviteur n’a pas laissé un bien par lequel il est plus récompensé qu’un bien qu’il laisse à son enfant avec lequel ce dernier se passera des gens ».
[Tahdhib al hilya, v.2/p.112 ].

traduit par SalafIslam.fr