L’excès de parole – Sheikh Saleh Al Fawzan

L’excès de parole

Sheikh Saleh Al Fawzan

 

Sheikh Muhammed ibn ‘Abdilwahab dit dans son ouvrage Kitab al kaba’ir : « Chapitre au sujet de ce qu’il fut rapporté sur le fait de trop parler »

La parole d’Allah :

« alors que veillent sur vous des gardiens, de nobles scribes, sachant ce que vous faites ». [sourate Al Infitar, v.10 à 12].

Commentaire de Sheikh Al Fawzan حفظه الله :

Parmi l’ensemble des péchés majeurs on compte également ce qui émane de l’individu comme paroles, au sujet desquelles sont insouciants la plupart des gens, s’imaginant qu’elles ont été dites et point final, alors qu’il n’en est rien.

⇒ Parce que les paroles sont soit en ta faveur, si elles sont bonnes et profitables comme le fait d’ordonner le convenable ou réprouver le blâmable, ou bien réconcilier entre deux personnes, soit en défaveur comme le fait d’insulter les gens, de médire, ou semer la corruption sur terre.

Parler et observer le silence ne se valent pas. Car tout ce que prononce le serviteur est consigné par les deux anges, si c’est un bien alors soit, si c’est un mal alors tant pis.

Et Allah عز وجل créa l’être humain et lui accorda une langue, lui enseigna la façon de s’exprimer clairement.

Allah سبحانه وتعالى dit ( dans la traduction des sens des versets) :

« Ne l’avons nous pas doté de deux yeux, ainsi que d’une langue et deux lèvres » [sourate Al Balad, v.8/9 ]

Allah créa donc l’homme avec une langue, qui n’a nul autre pareil dans son corps. Si on s’en prenait à elle et qu’on la lui coupait, il faudrait lui verser une compensation totale et ce en raison de son importance. Par son intermédiaire il est en mesure de prononcer la majorité des lettres, ceci compte parmi les bienfaits d’Allah sur son serviteur, car à travers celle ci il parle et exprime ce qu’il veut contrairement aux autres créatures qui en sont incapables.

Pour cela Allah سبحانه و تعالى révéla :

« Le Tout Miséricordieux, il a enseigné le qur’an, a crée l’homme et lui apprit à s’exprimer clairement ». [sourate Ar Rahman, v.1 à 4]

Ce qui est voulu, c’est la reconnaissance pour ce bienfait, le bienfait de s’exprimer à l’aide de la langue est un bienfait énorme, qui s’il en était privé, alors l’être humain verrait un grand bien lui échapper. Si comme nous l’avons dit précédemment, sa langue lui était coupée, alors il serait privé de la parole, il serait empêché de prononcer quoique ce soit […]

Et la langue est une arme à double tranchant, si le serviteur l’utilise à bon escient et dans ce qui lui est profitable, alors elle sera un bienfait pour lui. Si en revanche il l’utilise dans ce qui lui portera préjudice et ce qui suscite la colère d’Allah, alors elle sera pour lui un fléau. Dans tous les cas, on demandera des comptes le jour de la résurrection au serviteur sur la façon dont il l’aura utilisé. Il sera soit rétribué en bien, soit châtié, et il trouvera tout ce qu’il a prononcé consigné en sa faveur ou non.

Allah سبحانه وتعالى dit (dans la traduction des sens du verset) :

« et ils diront : Malheur à nous, qu’a donc ce livre à n’omettre de mentionner ni péché véniel ni péché capital ?» Et ils trouveront devant eux tout ce qu’ils ont œuvré. Et ton Seigneur ne fait du tort à personne. » [sourate Al Kahf v.49]

Et également :

« Il ne prononce pas une parole sans qu’il n’ait auprès de lui un ange surveillant ce qu’il dit et un ange constamment posté à ses côtés » [sourate Qaf, v.18 ]

⇒ Ar raqib est un ange qui surveille ce que le serviteur dit et l’inscrit et al ‘atid est un ange présent constamment à ses côtés, ne le quittant jamais […]

La parole d’Allah تعالى :

« Alors que veillent sur vous des gardiens », c’est à dire : des anges qui consignent vos actes, vos paroles.

« de nobles scribes », ils se caractérisent par la noblesse, ce sont des anges nobles.

Sa parole « scribes », c’est-à-dire : ils consignent ce qui émane du serviteur dans les registres de leurs œuvres qu’ils leur présenteront le jour de la résurrection, dont ils ne pourront renier quoique ce soit.

Quant à sa parole « sachant ce que vous faites » c’est-à-dire : que rien ne leur échappe, ils suivent le serviteur à la trace, ils sont au courant de chaque fait et geste, ne s’absentent de lui qu’à deux moments : lorsqu’il a un rapport avec son épouse et lorsqu’il accomplit ses besoins.

⇒ En conséquence, Allah nous met en garde afin que nous éprouvions un sentiment de honte envers ces nobles anges, que nous les considérions comme il se doit, de ne pas commettre de désobéissances qu’ils consigneront contre nous, que ce soit une parole ou un acte. Et il y a en cela l’affirmation que nos paroles sont conservées tout comme nos actes […]

Sheikh Saleh Al Fawzan / Sharh Kitab al kaba’ir du Sheikh Muhammed ibn ‘Abdilwahab / p.135 à 138.
traduit par SalafIslam.fr

pdfsi