Même les savants sont scrupuleux lorsqu’ils reçoivent des demandes d’aide – Sheikh Muhammed Ibn Ibrahim Al Hamd

Même les savants sont scrupuleux lorsqu’ils reçoivent des demandes d’aide

Sheikh Muhammed Ibn Ibrahim Al Hamd

 

 

Vérifier les demandes d’aide et de dons est une obligation religieuse.

Note du traducteur :
Les demandes d’aide, de quêtes affluent chaque jour via les nouveaux moyens de communications et les réseaux sociaux. Des sites internet sont même crées dans ce but.

Des personnes de la communauté expriment leur ressentiment lorsque l’on exige des demandeurs de prouver le bien fondé et la véracité de ce qu’ils avancent comme faits pour engager ces demandes de dons.
Or, cette attitude est un impératif car religieusement, il nous est demandé de vérifier les informations qui nous parviennent. Et ceci est également l’attitude de nos savants éducateurs, qui étaient les premiers à se précipiter dans les œuvres de bien et de bienfaisance.

Tel fut notre Sheikh et Imam, le Savantissime ‘Abdelaziz Ibn Baz رحمه الله et nous avons choisi d’appuyer notre propos en rapportant deux anecdotes le concernant


Le Sheikh Muhammed Ibn Ibrahim Al Hamd rapporte dans l’ouvrage Jawanib Min Sirati l Imami ‘Abdelaziz Ibn Baz :

L’un des Mashaykhs célèbres et reconnus auprès de son éminence lui écrivit pour lui faire part de la situation d’un homme embourbé dans des dettes avoisinant les 200000 Riyals et qui était actuellement incarcéré à cause de cela car une partie de ses créanciers refusait tout compromis et exigeaient leur remboursement. Il porta aussi à son attention que l’homme était nécessiteux.

Il habitait dans un logement en location. Son loueur lui demandait le loyer qu’il était dans l’incapacité de payer et son emploi était menacé et ses enfants se trouvaient dans une situation très préoccupante due à son incarcération.

Il demanda ensuite au Sheikh d’intercéder en sa faveur.

Son éminence lui répondit :

Wa ‘alaykoum Salam wa Rahmatoullahi wa Barakatouh.
Ceci dit, nous considérons qu’il faille vérifier en détail ses dettes ainsi que son incapacité à les rembourser et ce via des preuves recevables islamiquement. Et si votre éminence a connaissance de la situation, alors je souhaiterai que ceci soit appuyé par un second témoin de confiance afin que l’affaire puisse être traitée au mieux et que cela permette de trouver de l’aide auprès de gens de bienfaisance.
Qu’Allah récompense vos efforts et multiplie votre rétribution, qu’il vous facilite vos affaires à vous ainsi qu’à chaque musulman, il est certes Audient et Proche.

 

 Et l’un de ceux qui vinrent lui rendre visite lui demanda de l’aide pour faire soigner sa fille dans une longue missive qu’il lui adressa.
Ce à quoi le Sheikh répondit :

Nous faisons suite à ta demande concernant ton désir que nous intercédions en faveur de ta fille afin qu’elle se fasse soigner en Amérique. Nous sommes d’avis qu’il faille nous assurer de ton incapacité à financer ce traitement par l’intermédiaire de deux témoins intègres  parmi ceux qui connaissent ta situation auprès du Sheikh ‘Umar Ibn Muhammed Fallata.
Une fois ceci fait, réitère ta demande et inshallah, nous intercéderons en ta faveur.

 

Sheikh Muhammed Ibn Ibrahim Al Hamd / Jawanib Min Sirati l Imami ‘Abdelaziz Ibn Baz / p. 296 et 300.
traduit par SalafIslam.fr

pdfsi

Partenaire: