Prendre de l’argent dans la caisse d’un père avare – Sheikh Al ‘Uthaymin

Prendre de l’argent dans la caisse d’un père avare

Sheikh Al ‘Uthaymin

 

Question : Mon père possède un commerce et sa situation financière est aisée et la louange est à Allah, cependant il se montre avare envers nous concernant nos besoins. Lorsque je lui demande de l’argent pour acheter ce qui m’est nécessaire, il refuse de me donner. Je suis contraint de prendre de l’argent de la caisse du magasin sans qu’il le sache.
Est-ce considéré comme un vol ou non ?
Quant à lui, prend-il des péchés pour son manquement et son avarice envers nous et nos besoins, ce qui a pour conséquence que je lui pique de l’argent sans qu’il ne le sache ?

Réponse : Cette question nécessite d’être traitée sous deux angles :

Le premier :

Le fait que ton père s’abstienne de dépenser ce qui lui est obligatoire de donner pour toi lui est formellement interdit et ceci car le père a obligation de dépenser pour son enfant selon la parole d’Allah تعالى :

« Et les mères, qui veulent donner un allaitement complet, allaiteront leurs bébés deux ans complets. Au père de l’enfant de les nourrir et vêtir de manière convenable. » [sourate Al Baqara, v.233 ]

Allah سبحانه وتعالى a donc prescrit au père de l’enfant de nourrir la mère et la vêtir pour le fait qu’elle allaite l’enfant. Parce que ceci représente en réalité une dépense dans l’intérêt de ce dernier. En vertu de cela, il est donc impératif à ton père de craindre Allah تعالى et qu’il fasse preuve de reconnaissance envers lui pour le bienfait de lui avoir accordé cet argent. Et parmi les formes de reconnaissances envers Allah pour l’octroi d’argent on compte le fait de dépenser cet argent dans ce qu’Allah a rendu obligatoire comme aumônes et dépenses.
Il ne lui est pas permis de se montrer avare concernant les dépenses qui lui incombent.

 Le second :

Par rapport au fait que tu prennes de ce qui t’est nécessaire de la caisse du magasin, ceci t’est permis mais uniquement de façon raisonnable et uniquement pour ce dont tu as besoin sans exagérer. En effet le Prophète صلى الله عليه وسلم autorisa à la femme d’Abi Soufyan de prendre de son argent de quoi lui suffire pour elle et son enfant de manière convenable. Et nous disons la même chose pour toute personne à qui il incombe que l’on dépense pour elle, lorsque celui à qui il est prescrit de dépenser pour elle se montre avare et qu’il ne donne pas ce qui lui est obligatoire.
Celui qui est bénéficiaire de cette dépense doit prendre dans la juste mesure qui est estimée, de façon raisonnable comme l’a dit le Prophète صلى الله عليه وسلم, de sorte que la personne ne prenne pas plus que son droit.

Sheikh Al ‘Uthaymin / Fatawa nour ‘ala d darb / v.10 p.552-553.
traduit par SalafIslam.fr

pdfsi