Prier dans une mosquée d’innovateurs en l’absence de mosquée de gens de la sounna – Sheikh Rabi’ Al Madkhali

Prier dans une mosquée d’innovateurs

en l’absence de mosquée de gens de la sounna

Sheikh Rabi’ Al Madkhali

 

Question : Quel est le jugement légal concernant la prière dans une mosquée tenue par des innovateurs. Et comment dois-je prier s’il ne se trouve pas de mosquée des gens de la sounna dans cette ville. Est-ce que la prière est valide si je prie chez moi avec mon épouse ?

Réponse : Non. S’il y a une mosquée, prie là-bas même si c’est avec les innovateurs. Ibn ‘Umar رضي الله عنه priait derrière Najda le kharijite, et Al Boukhari s’en servit comme argument.

Concernant la prière en congrégation, alors ce n’est pas une mince affaire et on ne peut la délaisser pour cette raison.

Quant aux gens de l’innovation il y a parmi eux celui dont le cas n’est pas clairement établi. Lorsque la situation est telle, alors prie derrière lui. Puis dès lors qu’il t’apparaît sans l’ombre d’un doute que cet individu est un innovateur, alors expose lui a vérité.

S’il s’agit d’une innovation atteignant la grande mécréance, et qu’il demeure sur celle-ci après qu’elle lui ait été clarifiée, alors ne prie pas derrière lui. Parce qu’après que la preuve lui ait été établie [ndt : s’il persiste après cela], alors il devient mécréant.
C’est à dire si l’individu tombe dans une innovation relevant de la grande mécréance, comme par exemple le fait d’invoquer autre qu’Allah, de sacrifier pour autre qu’Allah, d’implorer le secours d’autre qu’Allah, de renier les attributs d’Allah… Que l’on trouve chez lui telle sorte d’innovation, que tu l’as confondu et lui a exposé la vérité à partir de la parole d’Allah, de son messager, celle des salafs et qu’il persiste et s’entête alors à ce moment là ne prie plus derrière lui.

Mais si son cas n’est pas clairement établi et qu’on ne retrouve pas chez lui ce type d’innovation relevant de la grande mécréance, alors prie derrière lui.

Sheikh Rabi’ Al Madkhali / Al mountaqa min fatawa sheikh Rabi’ / v.2-p.287.
traduit par SalafIslam.fr

pdfsi

Partenaire: