Rissala: Le takfir et ses regles – Sheikh Al Fawzan

Le takfir et ses regles

rissala copie

En téléchargement pdf gratuit ici : Télécharger !

La louange est à Allah seigneur de l’univers, et que les prières et les salutations soient sur notre prophète Muhammed ainsi que sur sa famille, ses compagnons ainsi que ceux qui les ont suivi dans la bienfaisance jusqu’au jour de la résurrection.

Ceci dit. Le sujet qui va être traité est un sujet d’une grande importance, qui hier comme aujourd’hui suscite nombre de polémiques, faisant dévier et égarer, et pouvant mener à la destruction et à la division de la communauté.

Ce sujet n’est autre que : « le takfir, tabdi’ et tafssiq sans science ni clairvoyance ».

En raison de la dangerosité de s’aventurer dans de tels domaines, les savants se sont préoccupés du sujet en rédigeant des livres afin de mettre en évidence les actes annulatifs de l’islam, le jugement législatif concernant celui qui commet un pêché majeur n’atteignant pas le degré de ces annulatifs, ceci afin de repousser le danger guettant cette communauté.

Ils ont également mis en évidence ce qui devait l’être afin que ne puisse pas parler celui qui n’excelle pas dans ce sujet ni n’en maitrîse les règles et les fondements.

Également pour éviter la négligence de certains qui ne font pas preuve de jalousie pour leur religion et que de ce fait se répandent des dogmes corrompus qui auraient pour conséquence de faire passer le faux pour la vérité et introduire dans la communauté et dans la religion ce qui n’en fait pas partie. Et concernant ce sujet, il n’est pas permis à celui qui est dénué de science, de connaissances et de clairvoyance d’en parler. De même qu‘il n’est permis de rendre mécréant uniquement celui qu’Allah et son messager ont rendu mécréant explicitement, pour avoir commis un des actes annulatifs de l’islam et au sujet duquel les gens de science sont unanimes quant au fait que l’acte en question fasse partie des annulatifs de l’islam.

De plus, il incombe au musulman d’apprendre avant de parler, et qu’il ne s’exprime qu’avec science.

Sinon, s’il vient à rendre mécréant un musulman à tort, alors il aura commis deux crimes, l’un des deux étant pire que l’autre :

1 – Le fait de parler sur Allah sans science, alors qu’Allah سبحانه و تعالى a dit :

« Et qui est plus injuste que celui qui aura forgé un mensonge au sujet d’Allah » sourate al an’am, v.21

Et sa parole سبحانه و تعالى : « Dis: «Mon Seigneur n’a interdit que les turpitudes (les grands péchés), tant apparentes que secrètes, de même que le péché, l’agression sans droit et d’associer à Allah ce dont Il n’a fait descendre aucune preuve, et de dire sur Allah ce que vous ne savez pas». Sourate al A’raaf, v.33

Allah a donc établit que le fait de parler à son sujet sans science était pire encore que le fait de lui associer quoique ce soit dans son adoration, ceci car il a mentionné dans le verset cette transgression après avoir mentionné le shrik (l’association).

De même qu’il سبحانه و تعالى a dit : « Et ne poursuis pas ce dont tu n’as aucune connaissance. L’ouïe, la vue et le cœur: sur tout cela, en vérité, on sera interrogé. » Sourate Al Isra, v.36

Donc à partir de là, il faut nécessairement que la personne apprenne avant qu’elle ne parle, et la science passe avant la parole ainsi que l’acte.

Allah a dit : « sache donc qu’il n’y a pas de divinité digne d’adoration si ce n’est Allah et demande pardon pour ton pêché ainsi que pour les croyants et croyantes. » Sourate Muhammed, v.19

Ce noble verset indique que la science précède la parole et l’acte.

Concernant la parole qui n’est pas basée sur la science, spécifiquement dans ce qui à trait aux affaires de la religion et plus précisément encore ce qui concerne les sujets sur la croyance, alors cette parole est vaine, considérée même comme un mensonge à l’encontre d’Allah et elle représente le premier de ces deux crimes qui est le fait de parler au sujet d’Allah sans science.

2 – Quant au second crime (commis par celui qui aura rendu un musulman mécréant sans science, ni connaissance ni clairvoyance), c’est le fait de rendre mécréant un musulman, de le faire sortir de l’islam, ce qui automatiquement conduit à lui appliquer des jugements législatifs liés a cela comme par exemple le fait de le séparer de sa femme musulmane, ou encore le fait que ni il peut recevoir d’héritage, ni on peut hériter de lui.

Ou bien encore le fait que s’il meurt, on ne le lave pas, on ne l’enveloppe pas d’un linceul, on ne prit pas sur lui ni n’invoque en sa faveur de même qu’on ne l’enterre pas dans les cimetières musulmans. Donc celui qui a établi le jugement de le rendre mécréant sans droit endosse la responsabilité de tout cela, car toutes ces conséquences découlent de sa parole.

Il est donc impératif que l’homme apprenne quelles sont ces choses qui impliquent la mécréance et l’apostasie, il est nécessaire qu’il apprenne cela et qu’il ne parle pas par ignorance ou qu’il ne considère pas que toute personne s’opposant à son avis mécroit, en plus du fait que celui qui est mécréant n’est que celui au sujet duquel on dispose d’une preuve quant à sa mécréance tirée du livre d’Allah ou de la sounnah de son messager صلى الله عليه وسلم ou bien du consensus du musulman.

Et d’où prend-on cette science ? La prend-on directement des livres, en les parcourant simplement ou en se contentant de mémoriser les textes ? Non, la science ne s’acquiert qu’auprès des gens de science, des savants éducateurs, enracinés dans la science.

On ne prend pas la science à travers la lecture de livres ni en mémorisant uniquement les textes, même si la personne a énormément mémorisé.

Car ce n’est pas toute personne ayant beaucoup mémorisé, ayant mémorisé le Coran ou un nombre important de hadiths qui est savante, cela ne fait pas de cette personne un savant.

Le savant c’est le faqih, celui qui a la compréhension. La science c’est la compréhension de la religion d’Allah et ceci n’est réalisable que par l’apprentissage et le fait de prendre sa science des fouqahas (pluriel de faqih), ainsi que des gens de science qui éclaircissent et mettent en évidence le sens voulu et contenu dans ces textes que la personne a lus et mémorisés.

Il se peut qu’il en ait eu une compréhension erronée et éloignée, n’ayant aucun lien avec le livre d’Allah ou la tradition de son messager صلى الله عليه وسلم, et que s’il revenait vers les gens de science, alors il lui apparaîtrait clairement qu’il avait une mauvaise compréhension et qu’il s’était trompé par rapport à ce qu’il pensait.

Il est donc obligatoire à cette personne de revenir vers les gens de science, ainsi que de prendre la science profitable auprès d’eux, afin qu’il soit clairvoyant quant à ce qu’il dit, ce qu’il fait et ce au sujet de quoi il se prononce et émet des jugements. Et également, lorsqu’il aura appris et qu’il se sera ancré dans la compréhension de la religion d’Allah, et qu’il aura connu les actes annulatifs de l’islam et quelles sont les choses qui font sortir de celui-ci; alors il devra obligatoirement vérifier scrupuleusement la situation de la personne avant d’émettre un jugement sur lui, avant qu’il ne juge qu’untel est mécréant, ou associateur.

Il convient avant toute chose de vérifier dans ce cas. Et un groupe de compagnons est sorti pour quelques campagnes puis un homme qui conduisait son troupeau est passé à côté d’eux (des compagnons) et leur adressa le salam « as salaamou ‘alaykoum » puis ils se sont précipités à le tuer pensant qu’il était mécréant, et prirent son troupeau et ont fait preuve de précipitation dans cette affaire.

Allah عز وجل a révélé à ce propos : « Ô les croyants ! Lorsque vous sortez pour lutter dans le sentier d’Allah, voyez bien clair (ne vous hâtez pas) et ne dites pas à quiconque vous adresse le salut (de l’Islam): «Tu n’es pas croyant», convoitant les biens de la vie d’ici-bas. Or c’est auprès d’Allah qu’il y a beaucoup de butin. C’est ainsi que vous étiez auparavant; puis Allah vous a accordé Sa grâce. Voyez donc bien clair. Allah est, certes, Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites. » Sourate an Nissa, v.94

Le messager d’Allah صلى الله عليه وسلم les a donc blâmés alors qu’ils sont ses compagnons lorsqu’ils ont fait preuve de précipitation, il est donc obligatoire de vérifier attentivement et de ne pas se lancer promptement dans le jugement des gens excepté avec clairvoyance.

De même qu’il y eut un groupe de compagnons parti pour une expédition parmi tant d’autres avec parmi eux le compagnon Oussama Ibn Zayd رضي الله عنه , bien aimé du messager d’Allah ainsi que le fils de l’un de ces bien aimés. Puis la bataille s’engagea entre eux et les associateurs. L’un d’entre eux prit la fuite et tomba face à Oussama ainsi qu’un des hommes qui appartenait aux Ansars, ils voulurent le tuer. Juste avant qu’ils ne le fassent l’associateur dit : « La ilaha illa Allah ». Lorsqu’il dit cette parole, l’Ansar retint son coup mais Oussama pensa qu’il ne prononça cette parole que pour se prémunir d’être tué. Il le tua donc en étant persuadé qu’il n’avait dit la chahada que pour se protéger de l’épée, et qu’il ne l’avait pas dit en étant véridique. Quand il rejoint le messager d’Allah صلى الله عليه وسلم celui ci lui dit : « l’as-tu tué après qu’il ait attesté qu’il n’y a pas de divinité digne d’adoration si ce n’est Allah ? Que feras-tu de la parole  » La ilaha illa Allah » lorsqu’elle se présentera le jour du jugement ? » Puis il répèta : »l’as-tu tué après qu’il ait attesté qu’il n’y a pas de divinité digne d’adoration si ce n’est Allah? » Puis encore une troisième fois : »l’as-tu tué après qu’il ait dit : La ilaha illa Allah? » Puis il (Oussama) répondit : « Ô messager d’Allah, il ne l’a dit que pour se protéger de l’épée. » Il dit صلى الله عليه وسلم : « as-tu ouvert son cœur afin de savoir s’il l’a dit pour se protéger ? Que feras-tu de la parole : » La ilaha illa Allah  » lorsqu’elle viendra le jour du jugement? ». C’est alors qu’Oussama dit : « j’aurais souhaité ne pas avoir embrassé l’islam avant cela », lorsqu’il a constaté avec quelle rudesse le messager d’Allah صلى الله عليه وسلم a désapprouvé son acte.

Ceci est donc une preuve de l’obligation de vérifier avec précaution, et de ne pas se précipiter dans le jugement d’autrui.

Le jugement doit être émis avec science. Celui qui extériorise l’islam et prononce les deux attestations de foi, il est obligatoire de se retenir à son sujet comme l’a indiqué le récit gravissime avec Oussama, jusqu’à ce que se réalise clairement ce qui annule l’islam de la personne, par exemple s’il associe à Allah, qu’il invoque autre qu’Allah, ou qu’il commette un acte connu des gens de science comme faisant partie des annulatifs de l’islam. A ce moment là seulement, on statuera sur son apostasie.

Tant qu’il n’apparaît pas chez cette personne ce qui s’oppose et contredit l’islam, on se doit de garder une bonne opinion au sujet de la personne et on le juge comme étant musulman, et ce même s’il émane de lui certaines déviances qui n’atteignent pas le degré de l’association (ash-shirk), ou de la mécréance.

Comme si par exemple cette personne commettait certains péchés, on ne statut pas de sa mécréance tant qu’il ne commet pas l’un des annulatifs de l’islam connu des gens de science et qu’il n’ait pas d’ excuse car il se peut qu’il soit ignorant ou alors récemment converti à l’islam et qu’il ne sache pas que tel acte est une mécréance.

Lorsque le prophète صلى الله عليه وسلم est sorti pour la bataille de houneyn après la conquête de Mekka avec un groupe des gens de la Mecque qui avaient depuis peu embrassé l’islam, ils virent que les associateurs s’arrêtaient près d’un jujubier autour duquel ils attachaient et nouaient leurs armes, un arbre qu on appelait « dhat anwat », et par lequel les associateurs recherchaient la bénédiction. Ce groupe de gens récemment entré en islam demandait donc au prophète صلى الله عليه وسلم : « ô messager d’Allah désigne-nous un « dhat anwat » comme eux possèdent le leur ». À ce moment-là, le messager d’Allah صلى الله عليه وسلم ne les a pas rendus mécréants en raison de leur ignorance, mais il a plutôt dit : » Allahou akbar! Allahou akbar! Allahou akbar!! Celles-ci (ces paroles) se répètent, par celui qui détient mon âme entre ses mains, vous avez dit comme ont dit les enfants d’Israel a Moussa :  » Ô Moïse, désigne-nous une divinité semblable à leurs dieux.» Il dit: «Vous êtes certes des gens ignorants. » Sourate al a’raf, v.138

Le messager صلى الله عليه وسلم les a donc désapprouvés et à mis en évidence que leur parole était semblable à celle des enfants d’Israel à Moussa . Mais du fait qu’ils ignoraient le jugement de ce type de parole, le messager صلى الله عليه وسلم le leur a éclairci, et montré que cela était une forme d’association (shirk), mais tenant compte du fait qu’ils soient ignorants, il les a excusés en raison de l’ignorance et ne les a pas jugés mécréants.

Et toute personne récemment convertie à l’islam et qui n’a pas eu l’occasion d’apprendre les jugements législatifs de l’islam, et qu’elle a commis ce qu’elle a commis, même si en apparence cela représente une forme d’association ou de mécréance, dans ce cas on lui éclairci l’affaire et on lui explique l’islam ainsi on lui met en évidence ses annulatifs et s’il persiste là-dessus et ne le délaisse pas, alors là on le juge mécréant.

Donc dans toutes ces choses, il est nécessaire de les vérifier, car il se peut que celui qui émet ses jugements de mécréance sur les gens soit ignorant, tout comme il se peut que celui que l’on juge mécréant soit lui aussi ignorant et qu’il ne mérite pas cela jusqu’à ce que cela lui soit expliqué, ces choses la requièrent de la vérification et de s’assurer du bien fondé de tel ou tel jugement, ainsi qu’elles requièrent de revenir aux gens de science, les interroger au sujet de cela, et au sujet de la personne comment doit-on la juger. Et ceci ne revient pas aux étudiants débutants ou aux lecteurs, ceci ne leur revient pas de droit, de rendre mécréants les gens et les sortir de l’islam alors qu’ils n’en connaissent pas les annulatifs, l’affaire est très grave.

Il incombe donc à toute personne étant tombé dans ce travers (faire le takfir sans science) de se repentir à Allah عز وجل, et de retenir sa langue quant au fait de proclamer le takfir, d’apprendre avant de parler, d’interroger les gens de science , de bien observer la situation de la personne : est-elle excusée ou non?

Ces choses là nécessitent d’être détaillées tout comme elles demandent à posséder une compréhension de la religion. Que tu tues quelqu’un, en sachant que c’est un crime monstrueux est moins grave que le fait de le juger mécréant. Le fait de tuer volontairement un croyant expose à une sévère menace : « Quiconque tue intentionnellement un croyant, Sa rétribution alors sera l’Enfer, pour y demeurer éternellement. Allah l’a frappé de Sa colère, l’a maudit et lui a préparé un énorme châtiment. » Sourate an Nissa, v.93.

Ceci concerne la sacralité du sang, et la sacralité du din (religion) est plus grande encore donc le fait que tu l’expulse de la religion, que tu le fasse sortir de l’islam est pire que le fait de le tuer pour Allah سبحانه و تعالى.

Si tu t’accaparais de tout ces biens, ceci est interdit, le messager صلى الله عليه وسلم a dit :« certes vos sangs ainsi que vos biens et vos honneurs sont sacrés et inviolables ». Si tu venais à t’accaparer tout ces biens de manière injuste et par transgression, cela serait moins grave que le fait que tu le juges mécréant et apostat alors qu’il ne mérite point cela.

Et sache que lorsque tu juges quelqu’un comme étant apostat ou mécréant ou que tu dise : »ô mécréant, ô ennemi d’Allah, ô hypocrite » et que cette personne ne mérite pas cela, alors ces paroles se retourneront contre toi, comme il nous est parvenu dans le hadith : « Celui qui dit à son frère : ô mécréant ou ô hypocrite ou ô le mauvais ou ô ennemi d’Allah…alors qu’il n’est pas tel qu’il est décrit, cela lui retombera dessus »rapporté par Muslim. Le sens est que le péché de cette parole ignoble revient sur celui qui l’a prononcé, et en aucun cas ne revient sur celui sur qui elle a été dite lorsque celui ci ne le mérite pas.

Donc toi tu te fais du tort à toi même, alors crains Allah ô musulman et préserve ta langue et ne prononce pas le verdict de la mécréance sur celui qui ne le mérite pas, et ne te précipite pas. Reviens aux gens de science dotés de clairvoyance sur ce sujet avant que tu ne juges mécréant celui dont l’apparence est l’islam.

Et les premiers à avoir fait le takfir de la communauté sont les khawarij. Leur trouble est apparu à l’époque du prophète صلى الله عليه وسلم lorsque vint l’un d’entre eux au prophète صلى الله عليه وسلم alors qu’il partageait le butin, c’est a dire les prises de guerre après être revenu de la bataille de houneyn. Cet homme lui a donc dit :« ô muhammed! Sois équitable, car tu ne t’es pas montré équitable!! » Le prophète lui répondit:« malheur a toi!! Et qui sera équitable si moi je ne le suis pas ?!!! » Puis il dit ensuite :« sortiront des entrailles de cet homme des gens dont vous mépriserez votre prière en comparaison à la leur, votre jeûne en comparaison au leur, ils sortiront de l’islam aussi rapidement que s’élance la flèche de son arc. » Rapporté par Al Boukhari. Ceci en raison du nombre considérable de leurs prières, jeûnes, lecture du qu’ran et évocation d’Allah. Néanmoins, du fait qu’ils se lanceront dans le takfir des musulmans, le prophète صلى الله عليه وسلم les a jugé comme quittant la religion car ils jugent mécréant celui qui ne le mérite pas.

Donc celui qui juge mécréant quelqu’un qui ne l’est pas fait partie d’eux (les khawaridj), ces khawaridj au sujet desquels le messager d’Allah صلى الله عليه وسلم a dit :« où que vous les rencontriez tuez les! » Rapporté par Al Boukhari. « Si je les rencontrais je les tuerais comme ont été tué le peuple de 3ad » Rapporté par Al Boukhari.

Pendant le khilafa du prince des croyants ‘Ali ibn Abi Talib رضي الله عنه  lorsque est survenue la bataille qui l’opposa aux gens du châm a siffin, ceux là ont demandé d’avoir recours a l’arbitrage et ont élevé les massahif (pluriel de mousshaf , copie du qu’ran) au dessus des lances, voulant par là revenir au qu’ran. C’est alors que ‘Ali dit « ceci est une tromperie ». Les khawaridj qui étant présents dans l’armée de ‘Ali رضي الله عنه  dirent :« nous devons cesser de les combattre ». ‘Ali leur rétorqua :« ce n’est qu’une tromperie!! » Ils lui repondirent :« non! Nous devons cesser de les combattre ». Il a donc cessé le combat puis ils ont choisi deux hommes parmi les compagnons pour trancher entre eux. Lorsqu’ils l’ont fait et que ces khawaridj n’ont pas été satisfaits du jugement qui avait été rendu, ils sont sortis contre ‘Ali et l’ont déclaré mécréant en disant :« tu as choisi de t’en remettre au jugement des hommes alors qu’allah ta3ala dit :« le jugement n’appartient qu’à Allah… » Sourate Youssouf, v.67. Tu t’en es remis au jugement des hommes, tu es donc mécréant!! »

Puis ils se rassemblèrent dans un lieu appelé « haroura ». ‘Ali رضي الله عنه  leur envoya donc son cousin, Abdoullah ibn ‘Abbas رضي الله عنه  pour débattre avec eux, et dissipa leurs équivoques, mis en évidence leurs erreurs. Suite à cela, 6000 d’entre eux revinrent à la vérité, mais le reste de la majorité d’entre eux campa sur leurs positions et égarements ainsi que sur le takfir du prince des croyants 3ali ibn abi talib radiya Allahou 3anhou et ceux qui étaient avec lui parmi les compagnons. Ceci marqua les prémices du takfir. ‘Ali les combattit lors de la bataille de nahrawan et Allah lui accorda la victoire sur eux, ce fut une grande tuerie et il a par cela merité la récompense qui a été mentionné par le messager d’Allah صلى الله عليه وسلم. (Al Boukhari).

Ceci fut la le premier jugement de takfir sans droit en islam. Cependant les khawaridj ne cessent d’apparaître à chaque époque. Ils rendent mécréants les musulmans, et les musulmans n’ont de cesse de les combattre, tout ceux d’entre eux qui apparaissent sont tués et la louange en revient à Allah. Ils sont apparus à l’époque de Mou’awiyya رضي الله عنه, à l’époque de ‘AbdulMalik Ibn Marwan et sont apparus également à différents moments dans les terres d’islam. Chaque fois qu’ils ont fait leur apparition, Allah a secouru les musulmans contre eux, et ils sont tels que les a décrit le prophète صلى الله عليه وسلم : « ils combattent les croyants et laissent en paix les idolâtres ». Rapporté par Al Boukhari.

Ils ne combattent pas les mécréants, mais ils combattent les musulmans. Ceci est la caractéristique des khawaridj à toute époque.

Celui donc qui adopte cette idéologie, rend mécréant les musulmans, ainsi que les gouverneurs musulmans et les savants de l’islam, alors il fait partie de cette faction égarée.

Il est impératif de les combattre, mais seulement après les avoir invité à revenir à la vérité.

S’ils s’obstinent, alors ils sont combattus de la même manière que ‘Ali ibn Abi Talib les a combattu, ainsi que l’ont fait les détenteurs de l’autorité venus après lui.

Le takfir et son apparition au sein de la comlunauté est une chose dangereuse, il incombe au musulman de craindre Allah et de ne pas se lancer dans le fait d’apostasier et rendre mécréant quelqu’un sans précaution ni vérification ni science. Les savants ne rendent mécréants que celui qu’Allah et son messager ont rendu mécréant.

Ceux qui sont enracinés dans la science ne se prononcent que sur le takfir de celui dont le cas est clair et évident d’après le livre d’Allah et la sounnah de son messager صلى الله عليه وسلم.

Quant aux ignorants, aux adeptes de la précipitation ainsi que ceux qui prétendent être dotés de science alors qu’ils n’en ont pas; pour eux rendre mécréant est totalement futile, sans gravité, il n’y a de force ni de puissance que par Allah!

Et tous ceux qui divergent de leur avis ou s’opposent à leur courant de pensée, alors ils les rendent mécréants. Ceci est une caracteristique blâmable. L’apparition du takfir sans droit est une énorme déviance. Il est obligatoire à celui qui craint Allah s’il est ignorant de se taire et ne pas parler sans science. Et s’il est parmi les savants, alors il lui incombe de vérifier et de ne pas se précipiter dans ce jugement dangereux, de ne se prononcer qu’avec précaution et après avoir pris les dispositions nécessaires en étant sur et convaincu que telle personne ou tel groupe est sorti de l’islam.

♦ Il est impératif au musulman de retenir sa langue au sujet de cette affaire délicate.

♦  Et qu’il ne s’assoie pas avec, ni ne cottoie ceux qui possèdent ces caractéristiques (celles de faire le takfir sans droit, sans science, sans revenir aux gens de science,etc…).

♦  Qu’il ne tienne pas compagnie a ce groupe déviant qui rend mécréant les musulmans, ceci car s’il se trouvait parmi eux, il deviendrait comme eux. Il doit plutôt se séparer d’eux et s’en éloigner.

Lors de la bataille de tabouk, un groupe d’entre les hypocrites était assis et discutaient entre eux. Ils en sont venus a parler à propos du messager صلى الله عليه وسلم  et de ses compagnons et ils ont dit : « nous n’avons pas vu parmi nos récitateurs d’entre eux plus mensongers dans leurs propos qu’eux, ni plus enclin a l’embonpoint, ni aussi lâches et froussards qu’eux lors de la rencontre de l’ennemi » ils visaient par ceux là le messager d’Allah صلى الله عليه وسلم et ses compagnons. Il y avait présent parmi eux un jeune homme d’entre les croyants, qui rétorqua à celui qui avait parlé :« Tu as menti! Tu es plutôt un hypocrite et j’en informerais le messager d’Allah صلى الله عليه وسلم ». Il les a donc désapprouvé dû à ce que son coeur possédait comme foi et jalousie pour sa religion puis est parti pour informer le messager صلى الله عليه وسلم et a constaté que la révélation l’avait devancé et était descendu sur le Messager صلى الله عليه وسلم.

Allah l’avait informé de ce qu’avait dit ces gens avant que ce jeune n’arrive auprès de lui. Lorsque la révélation au sujet de ces gens là descendit sur le messager صلى الله عليه وسلم, il ordonna de quitter le lieu où ils se trouvaient lui et ses compagnons, ils quittèrent donc l’endroit et le prophète صلى الله عليه وسلم enfourcha sa monture. Ce groupe vint au prophète صلى الله عليه وسلم et s’excusèrent en disant :« ô messager d’Allah, ce n’était qu’une discussion sur le chemin, nous n’avons dit cela que pour nous alléger la pénibilité du trajet. » Le messager صلى الله عليه وسلم ne s’est point tourné vers eux pour les écouter alors que ceux ci se cramponnaient aux sangles de sa chamelle en disant :« ô messager d’Allah ce n’était qu’une discussion sur le chemin pour nous alléger la pénibilité du trajet ». Et le messager صلى الله عليه وسلم tout en leur tournant le dos récita la parole d’Allah تعالى : « et si tu les interrogeais ils diraient : nous ne faisions que bavarder et jouer. Dis : est-ce d’Allah, de ses versets et de son messager dont vous vous moquiez?! Ne vous excusez pas , vous avez bien mécru après avoir eu la foi ». Sourate At Tawba, v.65/66. Il leur tourna le dos et n’ajouta rien de plus que ce qu’Allah avait révélé.

Le témoin argumentatif ici vient du fait que celui qui parla dans cette assise était le seul a parler tandis que le reste d’entre eux demeurèrent silencieux, et ne l’ont pas désapprouvé. Allah a donc statué sur leur mécréance à tous, exception faite du jeune homme qui lui avait désapprouvé ces paroles et s’était rendu auprès du messager صلى الله عليه وسلم.

⇒ En conclusion, ce sujet est grave et il n’est permis a la personne ni de s’asseoir avec eux ni de tenir compagnie a ceux de ce groupuscule égaré qui rendent mécréants les musulmans ainsi que les gouverneurs musulmans sans aucune clairvoyance ni science, qui rendent licite le sang des musulmans ainsi que leurs biens. Nous devons prendre nos distances avec eux, ne pas prêter attention à ce qu’ils disent, les rejeter et nous éloigner d’eux et ne pas s’asseoir avec eux, ceci en ce qui concerne l’affaire du takfir.

Sheikh Al Fawzan / Majmu’ Rassa-ïl Da’awiya wa Manhajiya–  p.43 à 55
traduit de la page 43 à la page 55 par SalafIslam.fr

  • Visiteurs unique aujourd'hui: 444
  • Visite total: 11 694 049

Notre séléction

Lire