Une femme interroge au sujet de son époux qui commet des interdits et n’a pas un bon comportement avec les membres de son foyer – Sheikh Al ‘Uthaymin

Une femme interroge au sujet de son époux

qui commet des interdits

et n’a pas un bon comportement

avec les membres de son foyer 

Sheikh Al ‘Uthaymin

 

Question : L’interrogatrice dit qu’elle est une femme mariée à un homme parmi ses proches plus âgé qu’elle. Qu’elle a eu avec lui des fils et des filles, qu’il prie et jeûne mais que par moment il commet des interdits qui lui font oublier sa religion et son foyer, que dans ces moments-là il délaisse tout.
Elle précise également que dans la vie du foyer, il n’a pas un bon comportement envers eux, qu’elle n’entend de lui aucune bonne parole, pas de salam lorsqu’il entre à la maison et ce même s’il rentre après s’être absenté une semaine. Toutes ces choses font qu’elle le déteste, qu’elle souhaite qu’il la divorce ou souhaite sa disparition. Elle ajoute que son fils aîné reproduit les mêmes péchés que son père et qu’en raison de cela elle en est venue à avoir une répugnance envers lui également du fait qu’il imite son père et qu’il ne craigne pas Allah. Elle invoque la mort contre lui. Pour toutes ces raisons elle interroge :

Premièrement : au sujet de continuer à vivre à cet homme.

Deuxièmement : au sujet du jugement relatif au fait d’invoquer contre son enfant et est-ce considéré comme une façon de traiter ses enfants différemment ? Car parmi ses enfants, il y en pour qui elle a de l’affection et se montre compatissante envers eux.

Troisièmement : Elle veut se faire faire une opération chirurgicale pour lui empêcher de tomber à nouveau enceinte de cet homme mauvais, c’est ainsi qu’elle le décrit, car elle répugne au fait de lui donner d’avoir d’autres enfants avec lui, de crainte qu’ils n’empruntent le même chemin que lui.

Et quatrièmement : Si elle vient à se séparer de lui, avec qui les enfants devront-ils vivre ? Car elle craint que s’ils demeurent avec leur père il ne les influence et pervertissent leurs comportements.

Réponse : Avant de répondre à cette question, nous prodiguons un conseil à cet homme, si toutefois ce qu’a déclaré son épouse à son sujet est véridique. Nous lui recommandons de se repentir à Allah عز وجل, et de cesser ce que lui reproche son épouse, afin qu’il mène une vie paisible et heureuse. Allah a certes promis, une promesse certaine à qui accomplirait de bonnes œuvres qu’il soit homme ou femme tout en étant croyant qu’il lui ferait mener une vie heureuse.

Allah عز وجل a dit :

« Quiconque homme ou femme accomplit de bonnes œuvres tout en étant croyant, nous lui ferons mener une vie paisible. » [sourate An Nahl, v.96 ].

S’il revient repentant à Allah et qu’il observe scrupuleusement ce qu’Allah lui a rendu obligatoire, alors il goûtera au délice de la foi, mènera une vie heureuse et aura l’impression de renaître.

Concernant l’objet de la question de cette femme et le fait qu’elle veuille se séparer de son mari, je suis d’avis qu’elle n’agisse pas ainsi tant que celui ne sort pas de l’islam suite à ses péchés,

mais plutôt qu’elle patiente et compte sur la récompense pour ses enfants et éviter de les séparer et les disperser.
De même qu’il lui convient de prodiguer le conseil à son mari de façon répétée, il se peut que par sa cause, Allah le guide.

Quant au fait d’invoquer contre son enfant en souhaitant sa mort, alors ceci est incorrect.

Il n’est pas raisonnable pour l’individu lorsqu’il voit quelqu’un égaré d’invoquer contre lui en lui souhaitant la mort. Ce qu’il est nécessaire, c’est d’essayer de conseiller la personne selon la capacité, et de demander à Allah عز وجل de la guider.
Tout est entre les mains d’Allah et les cœurs se trouvent entre deux de ses doigts, il les retournent comme il veut. Combien de fois quelqu’un a désespéré au sujet d’une chose selon ce qu’elle s’imaginait et Allah تعالى lui a facilité afin de parvenir à l’obtenir. Ne désespère donc pas Ô femme du fait qu’Allah puisse guider ton enfant, invoque pour lui ma guidée, et prodigue lui le conseil continuellement, et Allah est capable de toute chose.

Quant au fait qu’elle tente de ne plus pouvoir enfanter de lui, alors c’est une mauvaise façon de voir les choses.

Parce qu’enfanter est encouragé par la chari’a, plus les membres de cette communauté sont nombreux, mieux c’est pour elle.

Et pour cela Allah a rappelé aux enfants d’Israël son bienfait envers eux en disant :

« Et Nous fîmes de vous [un peuple] plus nombreux ». [sourate Al Isra, v.6].

Et le prophète Chou’aib عليه السلام dit à son peuple :

« et rappelez vous quand vous n’étiez que peu puis Il vous a multipliés en grand nombre. » [sourate Al A’raf, v.86].

Et le prophète صلى الله عليه وسلم a ordonné d’épouser la femme affectueuse et féconde pour concrétiser ce qui le jour de la résurrection le rendra fier de sa communauté.
Et plus la communauté augmente en nombre, plus elle se renforce, au contraire de ceux qui se font une mauvaise opinion d’Allah en s’imaginant que le grand nombre est synonyme de diminution et de pauvreté, ceux là ont une mauvaise opinion au sujet d’Allah عز وجل, et contredisent la réalité, alors qu’Allah تعالى a dit :

« Celui qui place sa confiance en Allah, alors il lui suffit ». [sourate At Talaq, v.3].

« Il n’y a point de bête sur terre dont la subsistance n’incombe à Allah qui connaît son gîte et son dépôt. » [sourate Houd, v.6].

Et ces communautés qui connurent la pauvreté en raison de leur grand nombre n’ont connu cela qu’en raison du fait qu’ils ne se reposaient pas sur Allah ni ne plaçaient leur confiance en lui. S’ils l’avaient fait et qu’ils avaient rendu véridique sa promesse, alors ils n’auraient pas connu cette austérité.

Concernant sa dernière question au sujet de ses enfants, que deviendront-ils si elle se sépare de son mari, alors cette décision revient au tribunal qui tranchera,

après avoir examiné la situation pour savoir laquelle des deux solutions est la meilleure : qu’ils soient auprès de leur père ou bien auprès de leur mère.

Sheikh Al ‘Uthaymin / Fatawa nour ‘ala d darb /v.6 – p.12 à 14.
traduit par SalafIslam.fr

pdfsi