La pureté de l’eau de mer – Shaykh ‘Abd Allah Al-Bassâm

La pureté de l’eau de mer

Shaykh ‘Abd Allah Al-Bassâm

 

 

«.عَنْ أَبِي هُرَيْرَةَ – رضي الله عنهقَالَ : قَالَ رَسُولُ اَللَّهِ ﷺ فِي اَلْبَحْرِ : « هُوَ اَلطُّهُورُ مَاؤُهُ و اَلْحِلُّ مَيْتَتُهُ

1/  Abû Hurayrah ﺭﺿﻲ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻨﻪ rapporte que le Messager d’Allah ﷺ a dit à propos de la mer :

« Son eau est pure et purificatrice, et les créatures mortes qu’on y trouve sont licites. »

Ce hadith est une réponse à la question d’un Compagnon : « Ô Messager d’Allah ! Nous allons en mer en ne prenant avec nous que peu d’eau. Si nous l’utilisons pour accomplir nos ablutions, nous souffrirons de soif. Devons-nous tout de même l’utiliser pour accomplir nos ablutions ? »
Sahîh / Abû Dâwud – 83.

Enseignement du hadith :

1- La pureté globale de l’eau de mer qui est pure par essence et purificatrice pour autre. C’est l’avis de l’ensemble des savants, sauf d’une très faible minorité dont la divergence n’est pas prise en compte.

2- L’eau de mer lève l’impureté majeur et mineure et fait disparaître la souillure qui apparaît sur un endroit pur du corps, d’un vêtement, d’un lieu ou autre.

3- Si le goût, la couleur ou l’odeur de l’eau sont modifiés par un élément pur, l’eau reste sur son état de pureté tant qu’on la nomme encore eau, même si elle est très salée, chaude, froide ou autre. [Si un de ces trois éléments se transforme en raison de la seule stagnation de l’eau, comme l’eau de marres qui peut avoir une mauvaise odeur en raison d’une trop longue stagnation, et en raison d’une impureté qui y serait tombée, cela n’est pas préjudiciable, et l’eau reste sur son état de pureté].
Fath Dhî-l-Jalâl wa-l-Ikrâm – 1/52.

4- Les animaux morts se trouvant dans la mer sont licites. Ici, la bête morte désigne l’animal qui vit dans la mer et non celui qui n’y vit pas.

5- Il n’est pas obligatoire de prendre avec soi l’eau nécessaire aux ablutions, même si on en est capable, car le Compagnon dit qu’ils ne prenaient que peu d’eau avec eux.

6- Il est bon d’ajouter à la réponse si on pense que celui qui interroge ignore une règle et qu’il peut être confronté à cette situation, ainsi [le Prophète ﷺ] a également évoqué le cas de la bête morte vivant dans la mer.

 

Extrait tiré du livre :

Boulough Al Marâm – Tome 1

Écrit Par :
L’Imam Ibn Hajar Al ‘Asqalâni

Pages 28/29 – Édition Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 4,8/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 14 avis)

 

Retranscription autorisée par l’édition Tawbah.

Partenaire: