Le jugement concernant le fait de délaisser un pilier parmi les piliers de la prière – Sheikh Ibn ‘Utheymin

Le jugement concernant le fait de délaisser un pilier parmi les piliers de la prière

Sheikh Ibn ‘Utheymin

 

Question : Honorable Sheikh, quel est le jugement concernant celui qui délaisse l’un des piliers de la prière ? 

Réponse : S’il délaisse l’un de ses piliers volontairement alors sa prière est invalide
, elle est invalidée du simple fait de l’avoir délaissé.

Quant à celui qui le fait par oubli, alors il revient au pilier qu’il a omis. S’il a oublié de s’incliner puis s’est prosterné après avoir achevé sa récitation, puis s’en rappelle alors qu’il est prosterné, alors il lui incombe de se lever, de s’incliner puis de compléter sa prière.


Il lui est obligatoire de revenir au pilier qu’il a omis tant qu’il n’est pas arrivé à ce même pilier de l’unité de prière suivante. S’il atteint ce même pilier dans la seconde rak’at, alors celle-ci vaut comme la première rak’at.

 

S’il ne s’est pas incliné, s’est prosterné, s’est assis entre les deux prosternations, a accompli la seconde prosternation puis se rappelle à ce moment là qu’il a oublié l’inclinaison, alors il lui est obligatoire de se relever et d’accomplir l’inclinaison puis ensuite de poursuivre et compléter sa prière.

Mais s’il se rappelle qu’il ne s’est pas incliné qu’après être arrivé au moment de l’inclinaison de la seconde unité de prière, alors cette seconde unité est considérée comme étant celle dans laquelle il a oublié ce pilier.

Il en va de même si l’individu omet la seconde prosternation et se relève directement après la première prosternation. Et lorsque debout, en train de réciter, il se souvient qu’il n’a pas accompli la seconde prosternation, ni ne s’est assis entre les deux prosternations, dans ce cas, il lui incombe de revenir à la position assise, qu’il accomplisse l’assise entre les deux prosternations puis, qu’il accomplisse la seconde prosternation et complète sa prière (…)

Dans chacune de ces situations et dans ces différents cas que nous avons mentionné, il incombe à la personne d’accomplir les prosternations de distraction.

S’il ajoute quelques actes dans sa prière, alors, il se prosternera après avoir effectué la salutation finale, car s’agissant de la prosternation de distraction, si elle est causée par un ajout dans la prière, alors elle est accomplie après la salutation finale comme l’indique la Sounnah du messager ﺻﻠﻰ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻠﻴﻪ ﻭﺳﻠﻢ.

 

Sheikh Ibn ‘Utheymin / Fiqh Al ‘Ibadat / p.182 – 183.
traduit par SalafIslam.fr

pdfsi