Paroles de nos pieux prédécesseurs – Sheikh Ahmed ibn Nasir At-Tayar

Paroles de nos pieux prédécesseurs

Sheikh Ahmed ibn Nasir At-Tayar

 

بسم الله الرحمن الرحيم

الحمد لله رب العالمين والصلاة والسلام على أشرف الأنبياء والمرسلين

وبعد

C’est avec grand plaisir que nous proposons à nos lecteurs la traduction d’une sélection de athars de nos pieux prédécesseurs, tous relatifs au bon comportement et aux bonnes manières. Cette série se composera de plusieurs volets.

Nous attirons l’attention de nos lecteurs sur le fait que nous veillons particulièrement à l’authenticité des récits que nous avons sélectionné.
Nous nous sommes appuyés pour ce faire sur l’ouvrage « حياة السلف بين القول والعمل » du Sheikh Ahmed ibn Nasir At-Tayar qui a lui même puisé dans les ouvrages reconnus dans la oumma tels que حلية الأولياء du Hafidh Abou Nou’aym Al-Asbahani ou encore صفة الصفوة du Hafidh ibn l-Jawzy, l’encyclopédie de l’Imam ibn Abi Dounia, le résumé du سير أعلام النبلاء du Hafidh Adh-Dhahabi, etc…

Nous demandons à Allah عز وجل d’accepter ce modeste travail et de nous accorder la sincérité dans nos œuvres. Si l’un de nos lecteurs constate une erreur ou a une remarque à faire concernant ce travail, nous le remercions de bien vouloir utiliser le formulaire de contact disponible sur le site.

Votre frère en Allah
Abderrahman Abou ‘Abdillah, traducteur du site salafislam.fr
Le 19 dhoul qi’da 1438 correspondant au 12 Août 2017.

 

⇒ GENERALITÉS

 

On rapporte de ‘Ali ibn Abi Talib رضي الله عنه qu’il a dit :

« Celui dont les paroles sont douces gagne inéluctablement l’affection d’autrui. »

[Al-kamil fil lougha wal adab, p. 97]

On rapporte d’Oum Ad-Darda رضي الله عنها qu’elle a dit :

« Abou d-Darda رضي الله عنه passa la nuit en prière, il se mit a pleurer et invoquer jusqu’à l’aube : « Ô Seigneur tu as parfais mon aspect extérieur, parfais donc mon comportement. »

Elle lui dit : « Ô Aba d-Darda toute la nuit durant tu n’as fais qu’invoquer en faveur du bon comportement ».

Il lui répondit :

« Ô Oum d-Darda, très certainement le serviteur musulman ne cesse d’améliorer son comportement jusqu’à ce que ce dernier le fasse entrer au paradis, et il n’a de cesse de le faire empirer jusqu’à ce que celui ci soit la cause de son entrée dans le feu ».

[Kitab az zuhd de l’Imam Ahmed, p.264]

On rapporte de Qatada رحمه الله qu’Ibn ‘Umar رضي الله عنهما fut questionné :

« Est-ce que les compagnons du prophète صلى الله عليه وسلم riaient ?

Il répondit : « Oui ! Alors que la foi qui était encrée dans leurs poitrines était plus immense encore que les montagnes ».

[Tahdhib al hilya, v. 1/ p.221]

‘Abdullah ibn ‘Umar رضي الله عنهما a dit :

« La bonté est tellement simple à pratiquer : elle consiste à rencontrer les autres avec un visage souriant et à parler aux gens de manière douce. »

[Mawsou’a ibn Abi Dounia v.7/p.200]

On rapporte de ‘Abdullah ibn ‘Abbas رضي الله عنهما qu’il a dit :

« Celui qui te passe le salam parmi les créatures d’Allah, rend le lui quand bien même ce serait un majouss (ndt : secte mécréante qui entre autre adore le feu), et ce parce qu’Allah عز وجل a dit :
« Et lorsqu’on vous adresse une salutation alors saluez de façon meilleure ou rendez la pareillement « . (sourate an nissa, v.86). »

[Mawssou’a ibn Abi Dounia, v.7/p.196]

On rapporte d’Abou Hourayra رضي الله عنه qu’il avait pour habitude de dire :

« Celui qui ne considère pas que les paroles qu’il profère font partie de son œuvre et que son comportement est lié à sa religion, alors il est dans un état de perdition sans même qu’il ne s’en rende compte ».

[Mawssou’a ibn Abi Dounia, v.5/p.221]

On rapporte de Mou’adh ibn Sa’id رحمه الله qu’il a dit :

« Nous étions auprès de ‘Ata ibn Abi Rabah رحمه الله. Alors qu’un homme narrait un hadith, un autre lui coupa la parole. ‘Ata dit a ce moment là :
« Subhanallah !! Quels sont ces comportements ?? Moi j’entend le hadith de cet homme et malgré que je sois plus savant que lui au sujet de celui ci, je fais mine que je n’en connais rien ».

[Al mountadham, v.7/p165]

On rapporte de ‘Ata رحمه الله qu’il a dit au sujet de la parole d’Allah تعالى :

« Et dîtes aux gens de bonnes paroles » (sourate al baqara, v. 83 ).

« A tous les gens, aussi bien à l’associateur qu’à autre que lui ».

[Mawssou’a ibn Abi Dounia, v.7/p.196]

On rapporte de ‘Ikrima رحمه الله qu’il a dit :

« Toute chose est bâtie sur une base, et la base sur laquelle se fonde l’islam est le bon comportement. »

[Sifat as-safwa, v.2/p.455]

Hammad ibn Zayd رحمه الله a dit :

« Je n’ai pas vu d’homme plus souriant devant les autres qu’Ayoub As-Sikhtiyani رحمه الله ».

[Sifat as safwa, v.3/p.211]

Muhammed ibn Sirin رحمه الله était un homme qui riait à en pleurer (ndt : de rire).

[Mawssou’a ibn Abi Dounia, v.7/p.531]

Et on rapporte de Younous رحمه الله qu’il a dit :

« Muhammed ibn Sirin رحمه الله était quelqu’un qui riait et plaisantait. »

[Mawssou’a ibn Abi Dounia, v. 7/p. 531]

Loqman le sage dit à son fils :

« Ô mon fils, que tes paroles soient bonnes, que ton visage soit radieux et tu seras plus aimé des gens que celui qui leur donnerait de l’or et de l’argent. »

[Al jami’ al mountakhab , p. 66]

Certains salafs ont dit :

« Le bon comportement agit comme si tu avais une parenté avec les étrangers et le mauvais comportement te rend étranger au sein de ta propre famille. »

[Al moustatraf, p. 165]

On rapporte d’Abi ‘Oubayda رحمه الله qu’il a dit :

« Al Mahdi رحمه الله présidait nos prières dans la grande mosquée de Bassora lorsqu’il y accéda. Un jour que l’on appela à la prière, un bédouin s’exclama : « Ô prince des croyants, je ne suis pas encore purifié et j’ai souhaité ardemment pour la face d’Allah prier derrière toi, ordonne leur donc de m’attendre pour prier. »
Al mahdi dit alors : « Attendez le qu’Allah vous fasse miséricorde ». Il entra dans le mihrab et attendit jusqu’à qu’on lui dise que l’homme était revenu. Il prononça alors le takbir et les gens furent surpris de son comportement et sa mansuétude. »

[Al mountadham, v.8/p.214]

On rapporte de Yahya ibn Aktham رحمه الله qu’il a dit :

« Je passais une nuit chez Al Ma’moun رحمه الله et je fus pris de soif en plein milieu de la nuit, alors que je me levais pour aller boire, Al Ma’moun me vit et dit :
« Comment se fait-il que tu ne dormes pas Ô Yahya ? »
Je répondis : « Ô Commandeur des croyants, par Allah je suis assoiffé ».
Il me dit : « Retourne à ta place ».
Puis il se leva, sortit et revint vers moi avec une jarre, il s’approcha alors de ma tête et me dit : « Bois Yahya ».

Je lui dis : « Ô prince des croyants pourquoi n’as tu pas demandé à Sayf ou Sayfa ? » (ndt : qui étaient tout deux des serviteurs du calife al ma’moun)

Il me répondit : « Ils dorment ».

Je lui dis : « J’allais me lever pour boire ».
Il me dit alors : « Ce serait un affront pour un homme que son invité soit à son service ».

Puis il dit : « Ô Yahya »

Je répondis : « À ton service Ô prince des croyants »

Il dit : « Ne te raconterais je pas quelque chose ? ».

Je dis : « Bien sûr Ô prince des croyants ».

Il dit alors : « Ar Rachid m’a rapporté, qu’Al Mahdy lui a rapporté qu’Al Mansour lui a rapporté que son père lui a rapporté qu’Ibn ‘Abbas a rapporté de Jarir ibn ‘Abdillah qui a rapporté : « J’ai entendu le Messager d’Allah صلى الله عليه وسلم dire :

« Le meilleur des gens est celui qui est à leur service ».

[Al mountadham, v.10/.p62/63]

 

⇒ L’INDULGENCE ET LE PARDON

 

Abou d-Darda رضي الله عنه a dit :

« Celui qui prête attention à tout ce que font les gens, jamais ne dissipera sa tristesse ni ne diminuera sa colère. »

[Mawssou’a ibn Abi Dounia, v.7/p.523]

Mou’awiya رضي الله عنه vit un jour son fils Yazid frapper un de ses servants.

Il lui dit : « Ruines tu ton comportement à cause du sien ? »

Plus jamais on ne le vit frapper l’un de ses servants après cela.

[‘Ouyoun al akhbar, v.1/p.327]

On rapporte de Soufyan رحمه الله qu’il a dit :

« Un homme vint à ‘Ali ibn l-Hussein رحمه الله et lui dit : « Untel t’a porté préjudice en médisant sur toi. »

Il lui dit : « Mène nous à lui ». Il le mena alors vers cet homme.

Lorsqu’ils arrivèrent devant lui ‘Aly lui dit :

« Ô toi, si ce que tu as dis à mon sujet est véridique, alors qu’Allah me pardonne et si ce que tu as dis de moi est mensonger, alors qu’Allah te pardonne à toi. »

[Sifat as safwa, v.2/p.448]

On rapporte de ‘Abdoul Ghafar ibn l-Qassim رحمه الله qu’il a dit :

« ‘Ali ibn l-Hussein رحمه الله sortit du masjid lorsqu’un homme le croisa sur son chemin et l’insulta. Les esclaves et servants de ‘Ali se hâtèrent vers lui si bien qu’il leur dit : « Doucement vous autres ! ». Puis il s’approcha de l’homme en question et lui dit :

« Nous ignorons sans doute pourquoi as tu fais cela, as tu besoin de quoique ce soit afin qu’on t’apporte une aide ? »

L’homme eut honte. Alors ‘Ali le recouvrit avec son vêtement et ordonna qu’on lui donne 1000 dirham.

Après cela, l’homme disait au sujet de ‘Ali :

« J’atteste que tu es un descendant du messager ».

[Sifat as safwa, v.2/p.451]

Un homme parmi les enfants de ‘Ammar ibn Yassir رضي الله عنه a dit :

« Des gens se trouvaient chez ‘Ali ibn l-Hussein رحمه الله , un de ses servants se dépêcha d’aller récupérer de la grillade qui était au four, et vint précipitamment si bien qu’il fît tomber la broche de sa main, laquelle s’empala sur la tête d’un des enfants de ‘Ali, ce qui le tua. ‘Ali dit alors au servant :

« Va, tu es libre, tu n’as point fais exprès ». »

Puis il partit préparer les funérailles de son fils.

[Sifat as safwa, v.2/p.451]

De même que ‘Ali ibn l-Hussein رحمه الله avait coutume de dire :

« Prend garde à l’accès de colère car il te conduira à l’humiliation de devoir te confondre en excuse ».

[‘Ouyoun al akhbar, v.1/p.335 ]

On rapporte de ‘Amr ibn l-Harith رحمه الله qu’il a dit qu’un homme écrivit à l’un de ses frères :

« Certes l’indulgence est la parure de la science, ne t’en dévêtis jamais ».

[Mawssou’a ibn Abi Dounia, v.2/p59/60′]

On rapporte de Moujahid رحمه الله qu’il a dit a propos de la parole d’Allah عز وجل :

« Et qui, lorsqu’ils passent auprès d’une frivolité, s’en écartent noblement… » (sourate al fourqane, v.72 ).

« Lorsqu’on leur porte atteinte, ils passent outre ».

[Mawssou’a ibn Abi Dounia, v.7/p.523]

On rapporte de ‘Ali ibn Hicham رحمه الله qu’il a dit :

« Lorsque ‘Umar ibn ‘Abdil ‘Aziz رحمه الله fut empoisonné, il demanda au servant qui l’empoisonna : « Pourquoi m’as-tu empoisonné ? »
Il répondit : « Untel m’a donné 1000 dinars pour que je le fasse ».
Il lui demanda : « Où sont les dinars ? »
Il répondit : « Ils sont à tel endroit ».
Il les fit ramener puis les déposa dans la caisse des impôts des musulmans et dit au servant : « Va t’en », et il ne le châtia pas.

[Al mountadham, v.7/p.70]

 

⇒ LA COLERE

 

On rapporte de Azhar qu’il a dit :

« Le serviteur d’Ibn ‘Awn vint à lui et lui dit : « J’ai crevé l’œil de la chamelle ».
Ibn ‘Awn répondit : « Baarakallahou fika »
Il dit : je t’ai dis que je lui ai crevé l’œil et tu réponds : « Baarakallahou fika ?! »
Il lui dit alors : « Je dis : tu es affranchi pour le visage d’Allah. »

[Tahdhib al hylia, v.1/p.443]

On rapporte d’Ibn Qa’nab رحمه الله qu’il a dit :

Ibn ‘Awn ne se mettait pas en colère. Lorsque quelqu’un l’énervait, il lui disait : « Baarakallahou fika ».

[Tahdhib al hylia, v.1/p.443]

On rapporte d’Ach Cha’bi رحمه الله qu’il a dit :

« ‘Issa ibn maryam عليه السلام disait :

« Certes la bienfaisance ne consiste pas a bien agir envers celui qui a bien agi envers toi, ceci ne revient qu’à rendre la pareille. Mais la bienfaisance consiste à faire preuve de bienfaisance envers celui qui s’est mal conduit envers toi ».

[Kitab az zuhd , p.149 ]

Ja’far ibn Muhammed رحمه الله a dit :

« La colère est une clé qui ouvre toutes les portes du mal ».

[Jami’ al ‘ouloum wal hikam, p. 191]

Il fut demandé à Ibn al Moubarak رحمه الله :

« Résume nous le bon comportement en une seule parole ».

Il répondit : « Eviter de se mettre en colère ».

[Jami’ al ‘ouloum wal hikam p. 191]

 

⇒ LE SCRUPULE

 

On rapporte de ‘A’icha رضي الله عنها qu’elle dit :

« Les gens ont délaissé la part la plus importante de leur religion : le scrupule ».

[Kitab az zuhd de l’Imam Ahmed, p.361]

On rapporte de Ibn Abi Nou’aym رحمه الله qu’il a dit :

« J’ai pu observé Ibn ‘Umar رضي الله عنهما alors qu’un homme l’interrogea à propos du fait de tuer les moustiques.

Il lui demanda : « D’où viens tu ? »

L’homme répondit : « d’Irak »

Alors il رضي الله عنهما dit :

« Regardez celui là, il me questionne à propos du fait de tuer les moustiques alors qu’ils ont tué le petit fils du prophète صلى الله عليه وسلم alors que j’ai entendu le prophète صلى الله عليه وسلم dire au sujet de ses deux petits fils :

« Ils sont tout deux mes joyaux de la vie d’ici-bas ».

[Sahih Al-Boukhari, n.5994]

Il fut dit à Ibn Sirin رحمه الله :

« Ô combien est-ce difficile de faire preuve de scrupule ».

« Au contraire, Ô combien c’est simple : lorsque tu as un doute au sujet d’une chose, délaisse-la. »

[‘Ouyoun al akhbar, v.2/p.739]

Ibn ‘Awn رحمه الله a dit :

« Lorsqu’Ibn Sirin رحمه الله s’exprimait, il le faisait comme s’il craignait quelque chose ou n’était pas tranquille. »

[Sifat as safwa, v.3/p.171]

On rapporte d’As Siry ibn Yahya رحمه الله qu’il a dit :

« Ibn sirin رحمه الله a délaissé un gain de 40000 dirham dès lors qu’il a eu un doute à son sujet.

Puis il ajouta : « J’ai entendu Souleyman at Taymi رحمه الله dire :

« Il l’a délaissé pour une chose au sujet de laquelle par un parmi les savants n’a divergé à propos de son caractère licite ».

[Sifat as safwa, v.3/p.172]

‘Abdullah ibn l Moubarak رحمه الله a dit :

« Que je renonce à 1 dirham douteux m’est préférable au fait d’en donner 100 mille en aumône, ou bien même 600 mille. »

[Sifat as safwa, v.3/p.375]

On rapporte d’Ibn Aby Layla رحمه الله qu’il a dit :

« J’ai rencontré 120 compagnons du messager d’Allah صلى الله عليه وسلم parmi les Ansars, lorsque l’un d’entre eux était interrogé sur une chose, il désirait profondément que l’un de ses frères se charge de répondre à sa place. »

[Tahdhib as siyar, v.1/p494]

On demanda à Foudayl ibn ‘Iyad رحمه الله :

« Qu’est-ce-que l’ascétisme ? »

Il répondit : « Le contentement ».

« Qu’est ce que le scrupule ? »

Il répondit : « S’éloigner des interdits ».

« Qu’est ce que l’adoration ? »

Il répondit : « L’accomplissement des obligations ».

« Qu’est ce que la modestie ? »

Il répondit : « Que tu te soumette à la vérité ».

Puis il dit : « Et le plus dur à propos du scrupule c’est de tenir sa langue ».

[Tahdhib as siyar, v.2/p.777]

 

Sheikh Ahmed ibn Nasir At-Tayar / حياة السلف بين القول و العمل

traduit par SalafIslam.fr