La balance de l’équité – Ibn Al-Jawzî

La balance de l’équité

Ibn Al-Jawzî

 

 

Celui qui médite sur les actes du Créateur سبحانه و تعالى constatera qu’ils reposent sur la loi de l’équité, et que la rétribution dépend de l’acte, même après qu’un long moment se soit écoulé. Ainsi, celui auquel il est fait indulgence ne doit pas être trompé, car la rétribution peut être retardée. Parmi les pires péchés pour lesquels on a préparé une rétribution immense, est le fait de persévérer dans le péché, puis celui agit ainsi vient adresser des flatteries lui sera utile.
Il persévère dans le péché tout en priant et en adorant Allah, en pensant que cela le sauvera du châtiment pour ce péché.

Celui qui est le plus trompé est celui qui commet ce qu’Allah déteste et Lui demande ce que lui aime, comme il est mentionné dans le hadith :

L’incapable est celui qui répond à ses passions et fonde de vains espoirs en [la miséricorde] d’Allah.
Da’îf, voir Da’îf Al-Jâmi’ – 4305.

L’homme raisonnable doit guetter la survenue de la rétribution :

Ibn Sirîn3 a dit :
Il est Shaykh Al-Islâm, Abû Bakr Muhammad Al-Ansâri, Al-Basrî, le servant de Anas Ibn Mâlik رضي الله عنه, décédé en 110H.

J’ai raillé une personne en lui disant : « Ô toi le ruiné ! » et j’ai ensuite été ruiné pendant quarante ans.

Ibn Al-Jallâ a dit :
Il est Ahmad (on a dit aussi Muhammad) Ibn Yahyâ, Abû ‘Abd Allah, décédé en 306H.

Un de mes enseignements m’a vu regarder un jeune garçon et il me dit : « Qu’est-ce là ? Tu en verras les conséquences. » Et j’ai effectivement oublié le Coran après quarante ans. »

A l’inverse, toute personne qui agit en bien et dont l’intention est sincère en verra la bonne rétribution, même si un long moment s’écoule.

Allah سبحانه و تعالى dit :

إِنَّهُۥ مَن يَتَّقِ وَيَصْبِرْ فَإِنَّ ٱللَّهَ لَا يُضِيعُ أَجْرَ ٱلْمُحْسِنِينَ

Pour celui qui craint son Seigneur et patiente, Allah ne fait pas perdre la récompense des bienfaisants.
Sourate Yûsuf, v.90.

Et le Prophète ﷺ a dit :

Celui qui baisse le regard devant les atours d’une femme, Allah le récompensera en lui accordant une foi dont il ressentira la douceur en son cœur.
Da’îf, voir Da’îf Al-Jâmi’ – 5221.

Que l’homme raisonnable sache donc que la balance de l’équité n’est d’aucune complaisance.

 

Extrait tiré du livre :

Les Pensées Précieuses

Écrit Par Ibn Al-Jawzî

Page 27 – Édition Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 4,8/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 14 avis)

 

Retranscription autorisée par l’édition Tawbah.

Partenaire: