Ce bas monde n’est qu’une jouissance trompeuse – Ibn Al-Jawzî

Ce bas monde n’est qu’une

jouissance trompeuse

Ibn Al-Jawzî

 

Celui qui regarde, de l’œil de la clairvoyance, les conséquences des choses, dès leur commencement, en obtiendra le bien et sera préservé de leur mal.
Par contre, celui qui ne voit pas les conséquences, tombera sous l’emprise des sens, et il ne trouvera que souffrance là où il cherchait le salut ; et difficulté là où espérait le repos.

Ce qui surviendra dans le futur apparaît dans le rappel du passé. En effet, durant ton existence, tu as désobéi à Allah, mais où est désormais le plaisir éprouvé dans ta désobéissance ? Et où est la fatigue éprouvée dans ton obéissance ? Ils sont très loin, et chacun chemine selon ce qu’il possède. Ah ! Si les péchés pouvaient disparaitre sans conséquences après avoir cessé ! Je vais être plus explicite encore : Imagine-toi l’heure de la mort et vois les regrets amers de ta négligence. Je ne dis pas : Comment dominer la douceur des plaisirs ? Car la douceur des plaisirs s’est transformée en coloquinte et seule l’amertume de la souffrance demeure, sans contrepartie.

Ce que tu as fait te montre que les choses doivent être considérées en fonctions de leurs conséquences. Pense donc aux conséquences et tu seras sauvé ; et ne suis pas les passions de tes sens, tu le regretterais !

Quiconque réfléchit aux conséquences des choses d’ici-bas prend ses précautions, de même que l’homme conscient de la longueur du chemin se prépare au voyage. Que ta conduite est étrange, ô toi qui connais avec certitude une chose et puis l’oublies ; toi qui, convaincu du danger d’une situation, t’y jettes aveuglément ; toi qui crains les hommes alors qu’Allah est plus en droit que tu le craignes !

Ton âme t’impose ce dont elle présume, et toi, tu ne lui imposes pas ce dont tu as la certitude ! Mais ce qu’il y a de plus étrange c’est ta satisfaction à être trompé et ton insouciance face à ce qui t’as été réservé ! Trompé par ta santé, tu oublies l’approche de la maladie, tu te réjouis de ta préservation et tu négliges l’imminence de la douleur. Le trépas d’autres te montre pourtant ton propre trépas, et la sépulture d’autres te révèle pourtant, avant la mort, ta propre sépulture !

Mais à la recherche de tes plaisirs t’empêches de penser à la ruine de ton être.

 

Extrait tiré du livre :

Les Pensées Précieuses

Écrit Par Ibn Al-Jawzî

Pages 14/15 – Édition Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 4,8/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 14 avis)

 

Retranscription autorisée par l’édition Tawbah.

Partenaire: