Les choses qui empêchent le cheminement vers Allah – Ibn Al-Qayyim

Les choses qui empêchent

le cheminement vers Allah

Ibn Qayyim

 

 

Les péchés affaiblissent le cheminement du cœur vers Allah et la Demeure de l’au-delà, voire obstruent totalement le chemin et le stoppent, l’empêchant de faire tout pas en direction d’Allah. Si cela ne le fait pas revenir en arrière, les péchés voilent tout de même l’objectif, stoppe le cheminement, et détourne l’homme de son but. Le cœur chemine vers Allah par sa force, ainsi s’il tombe malade en raison des péchés, cette force qui le meut faiblit, et si elle disparaît totalement, il se coupe d’Allah d’une manière qu’il est difficile de rattraper. Qu’Allah nous vienne en aide.

Le péché fait mourir le cœur, lui cause une maladie alarmante, ou diminue sa force d’une manière inévitable, jusqu’à ce que sa force termine à l’un des huit choses contre lesquelles le Prophète ﷺ a cherché protection, et qui sont :

Ô Allah ! Je cherche protection auprès de Toi contre les soucis et la tristesse, l’incapacité et la paresse ; l’avarice et la lâcheté, le fardeau des dettes et l’oppression des hommes.
Al-Bukhârî – 6008 et Muslim – 2706.

Chacune étant associée à une autre.

• Ainsi, les soucis et la tristesse sont associés, car si le mal qui parvient au cœur concerne le futur, il l’anticipe et cela suscite les soucis ; et si cela concerne une chose passée, cela suscite la tristesse.

• L’incapacité et la paresse sont associées, car si l’homme se détourne des moyens de parvenir au bien et au succès, et si cela est dû au fait qu’il n’en soit pas capable, c’est là l’incapacité ; et si cela est dû à l’absence de volonté, c’est là la paresse.

• La lâcheté et l’avarice sont associées, car s’il n’accomplit pas ce dont il est physiquement capable, c’est là la lâcheté ; et si cela concerne ses biens c’est là l’avarice.

• Le fardeau des dettes et l’oppression des hommes sont associés, car si autrui prend l’ascendant sur lui de plein droit, cela compte parmi le fardeau des dettes, et si cela survient en toute fausseté, cela compte parmi l’oppression des hommes.

En somme, les péchés comptent parmi les plus grands moyens de provoquer ces huit choses, de même que “le fait d’être frappé par la dureté de l’épreuve, rattrapé par le malheur, subir une mauvaise prédestination, et de réjouir les ennemis”.
Muslim – 2707.

De même, qu’ils provoquent la disparition des bienfaits d’Allah, de Sa protection, et la soudaineté de Sa vengeance, et de l’ensemble des formes de Son courroux.

 

Extrait tiré du livre :

Péchés et Guérison

Écrit Par Ibn Al Qayyim

Pages 104/105 – Édition Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 4,8/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 11 avis)


Retranscription autorisée par les éditions Tawbah.

Partenaire: