Compréhension du mot souverain (rabb) – Sheikh Al Fawzan

Cours n°6

Compréhension du mot souverain (rabb)

d’après le Coran et la Sounnah

et la conception qu’en on fait les communautés égarées

 

 → Le mot souverain ou seigneur (Rabb) d’après le Coran et la Sounnah :

L’origine de ce mot dans la langue arabe : racine du verbe élever (élever un enfant) rabba a pour signification : “former, faire évoluer une chose de son état initial à son état final”

Ce mot rabb a donc été emprunté de sa racine pour designer celui qui fait l’action.

On dit “le souverain” de façon absolu, uniquement dans le cas où l’on désigne Allah, celui qui se charge de tout ce qui est bénéfique pour les créatures:

 رَبِّ الْعَالَمِينَ 

“Le seigneur des mondes” (L’ouverture – 1)

 رَبُّكُمْ وَرَبُّ آبَائِكُمْ الأَوَّلِينَ

“Votre seigneur et celui de vos premiers ancêtres”(Les poètes – 26)

Par contre, lorsque l’on emploie ce terme afin de designer un autre qu’Allah, il faut obligatoirement l’employer de manière restrictive, c’est-à-dire l’annexer à un complément : “Le seigneur de la maison” ou “le seigneur du cheval” (ici seigneur signifie propriétaire). Allah rapporte dans le Coran à propos de Youssouf, paix et salut sur lui:

  اذْكُرْنِي عِنْدَ رَبِّكَ فَأَنسَاهُ الشَّيْطَانُ ذِكْرَ رَبِّهِ 

« ‘Parle de moi auprès de ton seigneur (rabbouk)’.
Mais le diable fit qu’il oublia de rappeler (le cas de Youssouf) à son seigneur » (Youssouf – 42)

 ارْجِعْ إِلَى رَبِّكَ

“Retourne auprès de ton seigneur” (Youssouf – 50)

 أَمَّا أَحَدُكُمَا فَيَسْقِي رَبَّهُ خَمْراً 

“L’un de vous donnera du vin à boire à son seigneur ?” (Youssouf – 41)

Le prophète,  صلى الله عليه وسلم , a dit à propos de celui qui égara son chameau : “Jusqu’à ce que son seigneur le retrouve” rapporté par Boukhari et Muslim.

On peut donc en déduire que le mot rabb est utilisé de manière restrictive (annexée à un complément) et de manière absolue (sans ou avec annexion) lorsque l’on désigne Allah (le seigneur, le seigneur des mondes, le seigneur des gens). Et quand on désigne un autre qu’Allah, on n’utilise ce mot qu’avec une annexion (le seigneur de la maison, le seigneur du chameau).

La signification de “seigneur des mondes” (rabbou al-‘alamine): celui qui les a créés et qui sont dans sa royauté, qui leur a montré ce qui leur est bénéfique, qui les a formés et éduqués par ses biens, par l’envoi des prophètes et la descente des livres, celui qui les rétribuera suivant leurs actes.

Le savant Ibn al Qayyim  رحمه الله a dit : “La souveraineté (a-rouboubiya) implique le fait d’ordonner et d’interdire les serviteurs (al-‘ibad), et de récompenser celui qui a bien œuvré et de punir celui qui a mal agiMadarije-a-salikine – 1/8

…Ceci est la réelle souveraineté !


→ Le mot seigneur ou souverain selon le concept des communautés égarées :

Allah a créé les créatures en imprégnant dans leurs cœurs l’unicité et la connaissance du seigneur, créateur, pureté à lui, comme il dit :

 فَأَقِمْ وَجْهَكَ لِلدِّينِ حَنِيفاً فِطْرَةَ اللَّهِ الَّتِي فَطَرَ النَّاسَ عَلَيْهَا لا تَبْدِيلَ لِخَلْقِ اللَّهِ

“Dirige ton visage vers la religion pure, telle est la nature qu’Allah a originellement donnée aux hommes, pas de changement dans la création d’Allah” (Les romains – 30)

 وَإِذْ أَخَذَ رَبُّكَ مِنْ بَنِي آدَمَ مِنْ ظُهُورِهِمْ ذُرِّيَّتَهُمْ وَأَشْهَدَهُمْ عَلَى أَنفُسِهِمْ أَلَسْتُ بِرَبِّكُمْ

قَالُوا بَلَى شَهِدْنَا

“Et quand ton seigneur tira une descendance des reins des enfants d’Adam
et les fit témoigner sur eux-mêmes : « Ne suis-je pas votre seigneur ? »
Ils répondirent : «Mais si, nous en témoignons»” (Les limbes – 172)

Par conséquent, l’attestation de la souveraineté d’Allah et le fait de se diriger vers lui sont des actes innés, alors que l’associationnisme (shirk) se manifeste dans un second temps. Le Prophète صلى الله عليه وسلم  a dit: Chaque enfant naît suivant la nature saine (fitra), ce sont ces parents qui le font devenir juif, chrétien ou mage rapporté par Boukhari et Muslim

Si on avait laissé l’homme et sa nature libres, il se serait dirigé, sans aucun doute, vers son seigneur et aurait accepté l’appel des prophètes, cet appel pour lequel ils sont venus et pour lequel sont descendus les livres et qui est indiqué par les signes de l’univers. Malheureusement, une mauvaise éducation et un environnement de mécréance sont les principaux facteurs du changement d’orientation de l’enfant. Également, de ce qui est des facteurs, le fait que l’enfant suit ses parents aveuglement dans l’égarement et la perdition.

Allah dit dans un hadith qudsi :

“J’ai créé mes serviteurs comme étant des hommes attachés à la pure religion (hounafa),ce sont les diables, par la suite, qui les ont fait sortir du droit chemin”
rapporté par Boukhari et Muslim,

c’est-à-dire qu’ils les ont désorientés afin qu’ils adorent les statues et les prennent comme des seigneurs en dehors d’Allah. Ils tombèrent dans l’égarement, la perdition, la division et la mésentente. Chacun prie un seigneur différent de celui de son voisin, afin de l’adorer. Ceci est advenu lorsqu’ils délaissèrent le véritable seigneur, ils furent donc éprouvés par l’adoration de faux seigneurs, Allah dit :

 فَذَلِكُمْ اللَّهُ رَبُّكُمْ الْحَقُّ فَمَاذَا بَعْدَ الْحَقِّ إِلاَّ الضَّلالُ

“Tel est Allah, votre vrai seigneur, au-delà de la vérité qu’y a-t-il donc sinon l’égarement ?” (Younous – 32)

L’égarement n’a pas de limite et de fin, il devient inhérent à celui qui s’est détourné de son véritable seigneur.

 أَأَرْبَابٌ مُتَفَرِّقُونَ خَيْرٌ أَمْ اللَّهُ الْوَاحِدُ الْقَهَّارُ (39)

مَا تَعْبُدُونَ مِنْ دُونِهِ إِلاَّ أَسْمَاءً سَمَّيْتُمُوهَا أَنْتُمْ وَآبَاؤُكُمْ مَا أَنزَلَ اللَّهُ بِهَا مِنْ سُلْطَانٍ

“Qui est le meilleur : des seigneurs disperses ou Allah, l’unique, le dominateur suprême ?

-Vous n’adorez que des noms que vous avez inventés, vous et vos ancêtres,

pour lesquels, Allah n’a fait descendre aucune preuve” (Youssouf – 39 et 40)

L’associationnisme dans la souveraineté (a-rouboubiya) en affirmant l’existence de deux créateurs, égaux dans leurs qualités et actes, est une chose inconcevable. Les polythéistes ont donc penché sur le fait que ce qu’ils adorent possède ou a un pouvoir sur une partie de la gérance de l’univers.

La tromperie du diable (qui est la cause de l’associationnisme) varie suivant l’intelligence des assiociateurs, il y a ceux qui furent appelés à adorer les morts, comme c’est le cas du peuple de Noé qui représenta des statues (de personnes pieuses après leurs morts) à leurs images. Et il y a ceux qui sculptèrent des statues à l’image des planètes, prétendant qu’elles ont une influence sur le monde. Ils ont ensuite divergé dans leur adoration pour ces planètes, il y a ceux qui adorent le soleil, d’autres la lune et d’autres différentes planètes. Ils ont été jusqu’à leur bâtir des demeures (lieu de culte) et des temples, chaque planète possédant alors un temple. Il y a ceux qui adorent le feu, ce sont les mages, d’autres adorent la vache comme c’est le cas en Inde, d’autres encore, adorent les anges, les pierres, les arbres, les tombes et les sépulcres. La cause de tout cela est qu’ils se sont imaginés que dans toutes ces choses se trouve une des particularités de la souveraineté (a-rouboubiya). Parmi eux il y a ceux qui prétendent que ces statues représentent des choses qui étaient absentes, Ibn Al Qayyim a dit : “A l’origine, Ces statues ont été mises en place enfin de représenter une chose qui était absente, ils ont donc fait de ces statues une représentation de leur image et de leur apparence, prenant ainsi leur place et leur rôle. Il va de soit qu’un homme doué d’intelligence ne peut croire que ce qu’il a taillé de sa main dans le bois et la pierre soit une divinité que l’on adore” (Irafato alahafane – 2/220).

Et il est de même pour les adorateurs des tombes, d’aujourd’hui et d’autrefois, qui prétendent que certains morts intercèdent auprès d’Allah afin qu’ils satisfassent leurs besoins, ils dirent :

 مَا نَعْبُدُهُمْ إِلاَّ لِيُقَرِّبُونَا إِلَى اللَّهِ زُلْفَى 

“Nous ne les adorons que pour qu’il nous rapprochent à proximité (zoulfa) d’Allah” (Les groupes – 3)

  وَيَعْبُدُونَ مِنْ دُونِ اللَّهِ مَا لا يَضُرُّهُمْ وَلا يَنْفَعُهُمْ

وَيَقُولُونَ هَؤُلاءِ شُفَعَاؤُنَا عِنْدَ اللَّهِ

“Ils adorent en dehors d’Allah ce qui ne peut ni leur nuire, ni leur profiter et ils disent ‘Ceux-ci sont nos intercesseurs auprès d’Allah’” (Younous – 18).

Certains des polythéistes arabes et des chrétiens se sont imaginés que leurs divinités n’étaient autre que les enfants d’Allah. Les polythéistes arabes adoraient les anges croyant qu’ils étaient les filles d’Allah, et les chrétiens adorèrent le messie, que la paix soit sur lui, comme étant le fils d’Allah.

→ Réfutation de ces faux concepts

Allah a réfuté l’ensemble de ces faux concepts dans ce qui suit :

Réplique aux adorateurs de tombes:

 أَفَرَأَيْتُمْ اللاَّتَ وَالْعُزَّى (19) وَمَنَاةَ الثَّالِثَةَ الأُخْرَى 

« Eh bien, les voyez-vous, Lat et ‘Uzza
– Ainsi que Manat, cette autre, la troisième » (L’étoile – 19 et 20)

La signification de ce verset comme l’a indiqué Al-Quourtobi:

“N’avez vous pas vu ces divinités ? Vous ont-elles profitées ou causées du mal afin qu’elles soient des associées avec Allah ? Et se sont-elles défendues lorsque le prophète صلى الله عليه وسلم et ses compagnons les ont démolies et anéanties.

Allah dit :

 وَاتْلُ عَلَيْهِمْ نَبَأَ إِبْرَاهِيمَ (69) إِذْ قَالَ لأَبِيهِ وَقَوْمِهِ مَا تَعْبُدُونَ (70)

قَالُوا نَعْبُدُ أَصْنَاماً فَنَظَلُّ لَهَا عَاكِفِينَ (71) قَالَ هَلْ يَسْمَعُونَكُمْ إِذْ تَدْعُونَ (72)

أَوْ يَنْفَعُونَكُمْ أَوْ يَضُرُّونَ (73) قَالُوا بَلْ وَجَدْنَا آبَاءَنَا كَذَلِكَ يَفْعَلُونَ

« Et conte-leur le récit d’Ibrahim
-Quand il dit à son père et à son peuple : ‘Qu’adorez-vous ?’
-Ils dirent : ‘Nous adorons des idoles et nous leur restons attachés’
-Il dit : ‘Vous entendent-elles lorsque vous (les) appelez ?
-Ou vous profitent- elles ? Ou vous nuisent-elles ?’
-Ils dirent : ‘Non, mais nous avons trouvé nos ancêtres agissant ainsi » (Les poètes – 69 à 73)

Ils ont donc admis que ces idoles n’entendent pas les requêtes, ne profitent et ne nuisent, ils les ont adorées par simple imitation (taqlid), et ceci ne constitue en rien une preuve légale.

Réplique à ceux qui adorent les planètes, le soleil et la lune :

 وَالشَّمْسَ وَالْقَمَرَ وَالنُّجُومَ مُسَخَّرَاتٍ بِأَمْرِهِ

« Le soleil, la lune et les étoiles sont soumis à son ordre » (Les limbes -54)

 وَمِنْ آيَاتِهِ اللَّيْلُ وَالنَّهَارُ وَالشَّمْسُ وَالْقَمَرُ لا تَسْجُدُوا لِلشَّمْسِ وَلا لِلْقَمَرِ

وَاسْجُدُوا لِلَّهِ الَّذِي خَلَقَهُنَّ إِنْ كُنْتُمْ إِيَّاهُ تَعْبُدُونَ

« Parmi ses signes, la nuit et le jour, le soleil et la lune : ne vous prosternez pas pour le soleil, ni pour la lune,
mais prosternez-vous pour Allah qui les a créés, si c’est lui que vous adorez » (Les versets détaillés – 37)

Réplique à ceux qui adorent les anges et le messie, que la paix soit sur eux :

 مَا اتَّخَذَ اللَّهُ مِنْ وَلَدٍ

« Allah ne s’est pas attribué d’enfant » (Les croyants – 91)

  أَنَّى يَكُونُ لَهُ وَلَدٌ وَلَمْ تَكُنْ لَهُ صَاحِبَةٌ

« Comment aurait-il un enfant, quand il n’a pas de compagne ? » (Les bestiaux – 101)

لَمْ يَلِدْ وَلَمْ يُولَدْ (3) وَلَمْ يَكُنْ لَهُ كُفُواً أَحَدٌ 

« Il n’a jamais engendré, et n’a pas été engendré.
-Et personne ne lui ressemble » (Le monothéisme pur – 3 et 4).


 

 

Cours de Tawhid

Traduction tiré du livre
‘Aqidat-ul Tawhid de Sheikh Al Fawzan حفظه الله traitant des bases de la croyance d’Ahl Sounnah wa al jama’a.

Voir le sommaire des 47 Cours en ligne

 

 

Partenaire: