Maintenant (tu crois) ? Alors qu’auparavant tu as désobéi et que tu étais du nombre des corrupteurs ! – Ibn Kathîr

Maintenant (tu crois) ?
Alors qu’auparavant tu as désobéi et que tu étais du nombre des corrupteurs !

Ibn Kathîr

 

 

 وَجَٰوَزْنَا بِبَنِىٓ إِسْرَٰٓءِيلَ ٱلْبَحْرَ فَأَتْبَعَهُمْ فِرْعَوْنُ وَجُنُودُهُۥ بَغْيًۭا وَعَدْوًا ۖ حَتَّىٰٓ إِذَآ أَدْرَكَهُ ٱلْغَرَقُ قَالَ ءَامَنتُ أَنَّهُۥ لَآ إِلَٰهَ إِلَّا ٱلَّذِىٓ ءَامَنَتْ بِهِۦ بَنُوٓا۟ إِسْرَٰٓءِيلَ وَأَنَا۠ مِنَ ٱلْمُسْلِمِينَ ♦ ءَآلْـَٰٔنَ وَقَدْ عَصَيْتَ قَبْلُ وَكُنتَ مِنَ ٱلْمُفْسِدِينَ ♦ فَٱلْيَوْمَ نُنَجِّيكَ بِبَدَنِكَ لِتَكُونَ لِمَنْ خَلْفَكَ ءَايَةًۭ ۚ وَإِنَّ كَثِيرًۭا مِّنَ ٱلنَّاسِ عَنْ ءَايَٰتِنَا لَغَٰفِلُونَ

“Et Nous fîmes traverser la mer aux Enfants d’Israël. Pharaon et ses armées les poursuivirent avec acharnement et inimité. Puis, quand la noyade l’eut atteint, il dit :”Je crois qu”il n’y a d’autre divinité [digne d’adoration] que Celui en qui ont cru les Enfants d’Israël. Et je suis du nombre des soumis.” [Allah dit :] “Maintenant (tu crois) ? Alors qu’auparavant tu as désobéi et que tu étais du nombre des corrupteurs ! Nous allons aujourd’hui épargner ton corps, afin que tu sois un signe pour tes successeurs. Cependant, beaucoup de gens ne prêtent aucune attention à Nos signes.”
Sourate Yûnus, v.90-92.

Allah informe de la manière dont Pharaon, le chef des mécréants coptes, se noya. Lorsque les vagues se mirent à le soulever et à l’engloutir. Les Enfants d’Israël le regardait, lui et ses armées, et le châtiment immense et douloureux qu’Allah fit s’abattre sur eux. Ceci afin de les réjouir et d’apaiser leur âme.

Lorsque Pharaon vit que fin était proche et qu’il sentit les affres de la mort, il regretta et se repentit, et crut à un moment où la foi n’est plus utile, comme Allah dit : 

Ceux contre qui la parole de ton Seigneur a été prononcée ne croiront pas… Même si tous les signes leur parvenaient, jusqu’à ce qu’ils voient le châtiment douloureux. 
Sourate Yûnus, v.96-97. 

فَلَمَّا رَأَوْا۟ بَأْسَنَا قَالُوٓا۟ ءَامَنَّا بِٱللَّهِ وَحْدَهُۥ وَكَفَرْنَا بِمَا كُنَّا بِهِۦ مُشْرِكِينَ ♦ فَلَمْ يَكُ يَنفَعُهُمْ إِيمَٰنُهُمْ لَمَّا رَأَوْا۟ بَأْسَنَا ۖ سُنَّتَ ٱللَّهِ ٱلَّتِى قَدْ خَلَتْ فِى عِبَادِهِۦ ۖ وَخَسِرَ هُنَالِكَ ٱلْكَٰفِرُونَ

Puis, quand ils virent Notre châtiment, il dirent : “Nous croyons en Allah Seul, et nous renions ce que nous Lui donnions comme associés.” Quand ils virent Notre châtiment, leur croyance ne leur fut plus d’aucune utilité. Telle est la règle d’Allah envers Ses serviteurs dans le passé. Et c’est là que les mécréants se trouvèrent perdants.
Sourate Ghâfir, v.84-85. 

Mûsâ invoqua contre Pharaon et ses notables afin qu’Allah anéantisse leurs biens et endurcisse leurs cœurs afin qu’ils ne croient pas jusqu’à ce qu’ils aient vu le châtiment douloureux, c’est-à-dire jusqu’à l’instant où la foi ne leur servirait plus à rien et qu’ils n’auraient que des regrets. Et Allah dit à Mûsâ et Hârûn : “Votre invocation à tous deux a été exaucée.” et c’est là une part de la réponse d’Allah à l’invocation de Mûsâ et Hârûn.

On trouve à ce sujet le hadith rapporté par l’imam Ahmed d’après […] Ibn ‘Abbâs, le Messager d’Allah ﷺ a dit :

Jibrîl m’a dit : “Lorsque Pharaon dit : “Je crois qu’il n’y a d’autre divinité [digne d’adoration] que Celui en qui ont cru les Enfants d’Israël.”, j’ai pris du sable et je lui ai mis dans la bouche de peur que la Miséricorde divine ne le touche.”
As-Sahîhah – 2015.

[Ibn Kathîr rapporta ensuite plusieurs chaînes de transmission de ce hadith, en des termes quasi-identiques.]

Allah سبحانه و تعالى dit :

“Maintenant (tu crois) ? Alors qu’auparavant tu as désobéi et que tu étais du nombre des corrupteurs !” c’est là une désapprobation sous la forme interrogative qui montre le rejet par Allah du repentir de Pharaon. En effet – et Allah est le plus Savant – si celui-ci était ramené à la vie, il agirait exactement de la même manière, comme Allah nous informe au sujet des mécréants qui, en voyant l’Enfer, disent :

يَٰلَيْتَنَا نُرَدُّ وَلَا نُكَذِّبَ بِـَٔايَٰتِ رَبِّنَا وَنَكُونَ مِنَ ٱلْمُؤْمِنِينَ

“Hélas ! Si nous pouvions être renvoyés [sur terre], nous ne traiterions plus de mensonges les versets de notre Seigneur et ferions partie des croyants.”
Sourate Al-‘An’âm, v.27.

 

Extrait tiré du livre :

L’Authentique des Récits des Prophètes
(Œuvre Intégrale) Tome 2

Écrit Par Ibn Kathîr

Pages 104/105 – Éditions Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 4,8/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 12 avis)


Retranscription autorisée par les éditions Tawbah.

Partenaire: