Le délaissement volontaire – Ibn Al-Qayyim

Le délaissement volontaire

Ibn Al-Qayyim

 

 

L’acte et le délaissement volontaire sont choisis par celui [dont le cœur] est vivant, en fonction de la survenue d’un bienfait dont il jouira, ou la disparition d’un mal qui le guérira, ainsi on dit qu’on a guéri sa poitrine et son cœur.

Le poète dit :

Elle est mon remède contre le mal qui me ronge, si seulement je pouvais l’obtenir
Hélas il n’est pas de remède qui puisse me guérir de l’amour que j’éprouve pour elle.

C’est une chose que choisit l’homme sensé, et même l’animal sauvage, mais nombre de gens commettent en cela une erreur grossière, ainsi ils cherchent la jouissance en ce qui va leur causer une plus grande souffrance, ils font souffrir leur âme en pensant leur apporter jouissance ; et ils soignent leur cœur par ce qui va causer le plus grand mal ! C’est la condition de celui dont le regard se borne à la vie d’ici-bas, sans prendre en considération les conséquences, alors que la spécificité de la raison est de considérer les conséquences.

L’homme le plus sensé est celui qui préfère sa jouissance  et son repos dans la vie future et éternelle, à ceux éphémères de la vie présente.

Le plus sot des hommes est celui qui vend les délices éternels, la bonne vie éternelle, et la jouissance suprême qui ne comporte ni désappointement ni aucune imperfection, pour une jouissance éphémère, mêlée de souffrances et de peurs, à la disparition rapide et la fin imminente.

 

Extrait tiré du livre :

Péchés et Guérison

Écrit Par Ibn Al Qayyim

Page 262 – Édition Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 4,8/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 14 avis)

 

Retranscription autorisée par l’édition Tawbah.

Partenaire: