Les dix derniers jours de mois de Ramadan – Al Hâfidh Ibn Hajar Al Asqalânî

Les dix derniers jours de mois de Ramadan

Al Hâfidh Ibn Hajar Al Asqalânî

 

 

583/ ‘Â-isha رَضِيَ اَللَّهُ عَنْهَا rapporte :

Lorsqu’arrivaient les dix derniers jours du mois de Ramadan, le Messager d’Allah ﷺ serrait son pagne, veillait la nuit [dans l’adoration]et réveillait sa famille.
Sahîh/ Al-Bukhârî – 2024 et Muslim 1174.

Enseignements du hadith

1- Les dix dernières nuits du mois de Ramadan sont les dix meilleures nuits de l’année, en raison de leurs spécificités éminentes et mérites immenses, dont la plus importante est la nuit de Al-Qadr.
Shaykh Al-Islâm Ibn Taymiyyah a dit : Les dix dernières nuits du mois de Ramadan sont meilleures que dix nuits du mois de Dhûl-l-Hijjah. Ce sont des nuits que le Prophète ﷺ passait intégralement dans l’adoration, et elles contiennent la nuit de Al-Qadr qui est meilleure que mille mois. 

2- En raison de la grande attention que portait le Prophète à ces nuits bénies, il pratiquait une retraite spirituelle dans la mosquée, s’écartait des gens et de ses épouses, et se consacrait totalement à l’adoration.

3- Le hadith est une preuve de l’intensité de la concentration sur les actes d’obéissance en ces dix nuits, et le détournement vis-à-vis de tout ce qui peut rompre le lien avec Allah سبحانه و تعالى.

4- Sa parole : “Lorsqu’arrivaient les dix derniers jours du mois de Ramadan, le Messager d’Allah ﷺ serrait son pagne” est une preuve de l’attention portée à l’adoration, et les savants ont divergé en deux avis sur sa signification.
Le premier est que c’est une métaphore désignant le fait de retrousser ses manches et pratiquer des efforts dans l’adoration.
Le deuxième est que c’est une métaphore désignant le fait qu’il s’écartait de ses épouses en ces dix nuits.

5- Sa parole : “et réveillait il sa famille” signifie  pour la prière et l’adoration, afin qu’ils ne manquent pas le mérite de cette période bénie, et cela compte parmi la perfection du bon conseil qu’il leur adressait. Ainsi, il convient au maître de maison de motiver sa famille et les encourager dans l’adoration, surtout lors des période méritoires.

6- Les dix derniers jours marquent la fin du mois, et es actes ne valent que par leur fin, et c’est peut être là un des secrets de l’effort qui y est pratiqué.

 

Extrait tiré du livre :

BOULOUGH AL MARÂM (Tome 2)
Écrit Par Al Hâfidh Ibn Hajar Al Asqalânî

Pages 108/109 – Éditions Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 4,9/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 13 avis)


Retranscription autorisée par les éditions TAWBAH.

Partenaire: