Comment éviter les erreurs de prononciation et de récitation – Dr Nabil Aliouane

Comment éviter les erreurs
de prononciation et de récitation

Dr Nabil Aliouane

 

 

Avant même de se lancer dans la mémorisation d’un verset, il faut s’assurer de l’exactitude de la prononciation des lettres et du respect des règles de lecture. Ne pas respecter cette étape revient à s’exposer de manière quasi inévitable à des erreurs et donc, sur le long terme, à une perte de temps manifeste puisqu’il faudra apprendre de nouveau les versets appris de manière erronée.

Nul doute que cela ne peut être parfaitement respecté qu’en étudiant le Coran auprès d’un enseignant connu pour la qualité de sa lecture, car c’est ainsi qu’il s’est transmis. Le Messager d’Allah ﷺ, qui est le plus évoquent  des Arabes, l’a entendu et étudié avec Jibrîl عليه السلام, et il l’a ensuite récité et enseigné aux Compagnons qui l’ont transmis à leurs successeurs, et ce jusqu’à nos jours.

Apprendre auprès d’un enseignantest une nécéssité pour qui veut maîtriser la lecture du Coran.

Et on peut citer au passage que le choix de l’enseignant est aussi très important.
Parmi ce qu’on doit rechercher chez lui :

Une croyance conforme à celle d’Ahl As-Sunnah, la piété apparente, la pédagogie, et la parfaite maîtrise des sciences du Coran qui aura été attestée par ses enseignants qui lui auront donné une autorisation (Ijâzah) d’enseigner.

Si l’on ne trouve aucun enseignant du Coran digne de ce nom autour de soi, on s’aidera d’un compagnon sincère parmi ses proches pour corriger au mieux sa lecture. Et si vraiment on ne trouve personne, on s’aidera des enregistrements du Coran des lecteurs connus pour leur lecture comme Al-Manshâwi, Al-Husârî ou Al-Hudhayfî. Il faudra alors être très attentif lors de l’écoute pour repérer au mieux possible ses erreurs.

A cette occasion, nous adressons un conseil sincère à nos frères et sœurs débutants, en leur demandant de délaisser les translittérations en caractères latins du Coran. Si cela peut sembler être une bonne manière de débuter, « en attendant d’apprendre à lire l’arabe », c’est dans les faits une grande perte de temps.

Celui qui médite sur la propagation de l’islam constatera que les peuples auxquels le Coran parvenait s’attachaient à apprendre au moins la lecture. C’est ainsi que l’on peut voir jusqu’à nos jours, des pakistanais, indiens, turcs, albanais qui ne comprennent pas un mot d’arabe mais connaissent le Coran par cœur.

L’apprentissage de la lecture est à la portée de tout à chacun, il suffit de se donner un peu plus de mal au début, mais ce petit effort se révèlera profitable sur le long terme.

 

Extrait tiré du livre :

Comment mémoriser le Coran ?

Compilation et Traduction du Dr. Nabil Aliouane

Pages 42/43 – Édition Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 5/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 2 avis)

 

Retranscription autorisée par l’édition Tawbah.

Partenaire: