Les grands bénéfices que la fièvre apporte au corps – Ibn Al-Qayyim

Les grands bénéfices
que la fièvre apporte au corps

Ibn Al-Qayyim

 

 

La fièvre est une chaleur étrange qui brûle dans le cœur et se propage, à travers l’âme et le sang dans les artères et les veines, à tout le corps. Elle brûle ainsi d’une manière qui nuit aux fonctions naturelles.

La fièvre est de deux types :

Symptomatiques : qui surviennent en raison d’une inflammation, d’un movement, d’une insolation ou d’une canicule.
Maladives : qui se décomposent en trois catégorie, et n’apparaît qu’en un endroit avant de se propager à tout le corps.

Si elle est liée à l’âme, on l’a nomme “fièvre d’un jour”, car, elle disparaît généralement dans la journée, et en trois jours tout au plus.

Si elle  est liée aux humeurs, on la nomme “fièvre infectieuse”, et si elle est de quatre types : biliaire, hypocondrique, pituiteuse, et sanguine.

Si elle est liée aux organes solides principaux, on l’a nomme “fièvre de battement” Et sous ces catégories générales, on trouve de nombreux types de fièvre.

Le corps peut tirer de la fièvre de grands bénéfices que le remède ne peut lui procurer.

Très souvent, la  “fièvre d’un jour” et “fièvre infectieuse” peuvent consumer des matières dures qui ne peuvent l’être autrement, ou éliminer une occlusion à laquelle les remèdes purgatifs ne peuvent parvenir.

Quand à la conjonctivite soudaine ou chronique, la fièvre guérit la plupart de ses cas, d’une manière étonnante et rapide.

Elle est également utile dans les cas d’hémiplégie, de  paralysie faciale, de convulsion de répétition [trop-plein de l’estomac ou d’autres organes], et dans plusieurs maladies résultantes d’un surplus de matières dures.

Un grand médecin m’a dit : Dans de nombreuses maladies, nous nous réjouissons de la fièvre comme le malade se réjouit de la guérison, car la fièvre est beaucoup plus utile que le remède : elle consume les humeurs et matières corrompues qui nuisent au corps. Lorsqu’elles les a consumées et que le remède les rencontre ainsi, prêtes à quitter le corps, il les en fait sortir.
Elle est donc une guérison.

C’est une vérité désormais établie scientifiquement, la “bonne fièvre” est un processus naturel de la défense de l’organisme, et tant qu’elle reste limitée, la fièvre n’est pas nuisible. La médecine moderne connaît même tout un pan de recherche consacré à l’hyperthermie : l’augmentation artificielle de la température du corps, pour soigner des douleurs comme les rhumatismes ou autres.  

 

Extrait tiré du livre :

L’authentique de
LA MÉDECINE PROPHÉTIQUE

Écrit Par Ibn Al-Qayyim

Page 32 – Éditions Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 4,8/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 28 avis)


Retranscription autorisée par les Éditions Tawbah.

Partenaire: