L’amour sincère pour Allah – Ibn Al-Qayyim

L’amour sincère pour Allah

Ibn Al-Qayyim

 

 

Ayant pris connaissance de cette introduction, il est impossible que soient réunis dans le cœur l’amour de l’Être aimé suprême et la passion pour les belles apparences, mais ce sont deux opposés qui ne peuvent être rassemblés, et plus encore il est nécessaire que l’un expulse l’autre.

Celui dont la force de l’amour est vouée totalement à l’Être aimé suprême – en dehors duquel l’amour de toute autre chose n’est que fausseté et châtiment pour qui l’éprouve – cela le détournera de l’amour de tout autre que Lui, et s’il aime autre chose c’est uniquement pour Lui, ou parce que cela est un moyen de parvenir à Son amour, ou que cela le coupe de ce qui s’oppose à Son amour et le diminue.

L’amour sincère implique donc l’Unicité de l’Être aimé, le fait qu’on ne Lui associe rien en Son amour. Si l’être aimé est une créature, elle méprise, jalouse et réprouve qu’on associe un autre à l’amour qu’on lui porte, et cela ne permet pas d’obtenir sa proximité, et elle considère mensongère cette prétention d’amour ; alors qu’elle ne mérite pas qu’on lui voue la force de l’amour.

Alors que dire de l’Être aimé suprême auquel l’amour convient Seul, alors que l’amour pour tout autre n’est que châtiment et nocivité ?

C’est la raison pour laquelle Allah سبحانه و تعالى ne pardonne pas qu’on Lui associe quoi que ce soit dans l’amour, et qu’il pardonne en deçà à qui Il veut.

L’amour des belles apparences fait perdre au serviteur l’amour de ce qui lui est plus utile, et plus encore il fait perdre l’amour de ce qui ne comporte ni rectitude, ni bienfait ni vie profitable, si ce n’est par Son amour seul.

Il doit donc choisir un des deux amours, car ils ne peuvent ni se rassembler ni disparaître tous deux du cœur. Celui qui se détourne de l’amour d’Allah, de Sa mention, et du désir pour Sa rencontre, Allah l’éprouve par l’amour pour d’autres, et Il le châtie par cela en cette vie, dans la tombe et dans l’au-delà. Il le châtie ainsi par l’amour des idoles, des croix, des éphèbes, du feu, des femmes, des biens, des poètes, des amis, ou l’amour de ce qui est moindre encore et se situe au sommet de la bassesse et du mépris. L’homme est le serviteur de ce qu’il aime, quelle que soit cette chose, comme il a été dit :

Tu es la victime de tous ceux que tu aimes
Choisis donc pour passion celui que tu auras élu

Celui dont le dieu n’est pas son roi et son maître, son dieu sera ses passions, comme Allah سبحانه و تعالى dit :

أَفَرَءَيْتَ مَنِ ٱتَّخَذَ إِلَٰهَهُۥ هَوَىٰهُ وَأَضَلَّهُ ٱللَّهُ عَلَىٰ عِلْمٍۢ وَخَتَمَ عَلَىٰ سَمْعِهِۦ وَقَلْبِهِۦ وَجَعَلَ عَلَىٰ بَصَرِهِۦ غِشَٰوَةًۭ فَمَن يَهْدِيهِ مِنۢ بَعْدِ ٱللَّهِ ۚ أَفَلَا تَذَكَّرُونَ

Vois-tu celui qui prend ses passions pour divinité ? Et Allah l’égare sciemment, scelle son ouïe et son cœur ; et étend un voile sur sa vue. Qui donc peut le guider après Allah ? Ne vous rappelez-vous donc pas.
Sourate Al-Jâthiyah, v.23.

 

Extrait tiré du livre :

Péchés et Guérison

Écrit Par Ibn Al Qayyim

Pages 246/247 – Édition Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 4,8/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 14 avis)

 

Retranscription autorisée par l’édition Tawbah.

Partenaire: