L’exaucement de l’invocation le vendredi – Al Hâfidh Ibn Hajar Al Asqalânî

L’exaucement de l’invocation le vendredi

Al Hâfidh Ibn Hajar Al Asqalânî

 

 

378/ Il rapporte également (Abû Hurayrah) : Le Messager d’Allah mentionna le jour du vendredi et dit :

• Il comprend un temps au cours duquel, si un serviteur musulman accomplit la prière et demande une chose à Allah سبحانه و تعالى, Il la lui accorde. Et il indiqua de la main que ce temps était court.
Sahîh/ Al-Bukhârî – 935 et Muslim – 852.

Sous la formulation de Muslim, il est dit :Il s’agit d’un temps court.

Abû Burdah ﺭﺿﻲ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻨﻪ rapporte que son père a dit : J’ai entendu le Messager d’Allah ﷺ dire :

• [Ce temps] se situe entre le moment ou l’imam s’assoit et le moment où la prière s’achève. Ad-Dâraqutnî a indiqué que ces propos étaient à attribuer à Abû Burdah.
Sahîh/ Muslim –  853.

‘Abd Allah Ibn Salâm et Jâbir رضي الله عنهما rapportent :

• Il se situe entre la prière du ‘Asr et le coucher du soleil.
Sahîh/
Abû Dâwud – 1048.

On a divergé à ce sujet en plus  de quarante avis que j’ai cités dans le commentaire du Sahîh Al-Bukhârî.

Enseignements des hadiths

1- Parmi les mérites du vendredi est qu’il comporte un temps, qui est une des faveurs d’Allah, en lequel Il exauce les invocations.

2- Aucun serviteur musulman ne rencontre ce temps en priant et en demandant à Allah une chose de la religion ou de ce bas monde, sans qu’Allah ne la lui accorde, et ce, tant qu’il ne demande pas ce qui est un péché ou une rupture des liens de parenté.

3- Le terme Sâ’ah désigne en langue arabe un temps qui peut être plus ou moins long, et ce temps du vendredi est court.

4- Allah سبحانه و تعالى a caché le moment d’apparition de ce temps, ainsi on ne sait s’il se situe en début ou en fin de journée. Cette dissimulation est sagesse et miséricorde, car s’il était connu, les musulmans ne se seraient livrés à l’adoration et l’invocation qu’à ce moment, mais le fait qu’il soit caché les amène à le chercher toute la journée du vendredi. Il en est de même de la dissimulation de la Nuit de Al-Qadr, du plus grand Nom d’Allah [par lequel Il répond aux l’invocations], et d’autres choses méritoires.

5- Deux temps sont tout de même privilégiés :
Le premier se situe entre le moment où l’imam monte sur la chaire et le moment où la prière est accomplie, car les musulmans sont réunis pour l’adoration, et ce rassemblement a un impact sur l’exaucement de l’invocation. De même c’est le moment principal du vendredi vers lequel Allah سبحانه و تعالى a ordonné d’accourir.
Le deuxième se situe entre la prière du ‘Asr et le coucher du soleil, car c’est la fin de la journée et la conclusion des œuvres de ce jour, et les rétributions sont accordées et distribuées à la fin de l’œuvre.

6- La recommandation de se consacrer à la recherche de ce temps béni afin de le trouver.

7- On ne lève pas les mains pour l’invocation lors du prêche de la prière du vendredi ou du ‘îd, ni l’imam ni les fidèles. Uniquement lorsqu’on invoque pour la pluie, l’imam et les fidèles lèvent les mains, car cela est rapporté dans les hadiths.
Al-Bukhârî – 1031 et Muslim – 895.
Al-Ifhâm,1/243.

 

Extrait tiré du livre :

BOULOUGH AL MARÂM (Tome 1)
Écrit Par Al Hâfidh Ibn Hajar Al Asqalânî

Pages 457/458 – Éditions Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 4,9/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 13 avis)


Retranscription autorisée par les éditions TAWBAH.

Partenaire: