L’impureté du sang des règles – Al Hâfidh Ibn Hajar Al-Asqalânî

L’impureté du sang des règles

Al Hâfidh Ibn Hajar Al-Asqalânî

 

٧
وَعَنْ أَسْمَاءَ بِنْتِ أَبِي بَكْرٍ
– رَضِيَ الله عَنْهُمَا – أَنَّ اَلنَّبِيَّ ﷺ قَالَ – فِي دَمِ اَلْحَيْضِ يُصِيبُ اَلثَّوْبَ – : « تَحُتُّهُ, ثُمَّ تَقْرُصُهُ بِالْمَاءِ, ثُمَّ تَنْضَحُهُ, ثُمَّ تُصَلِّي فِيهِ ». مُتَّفَقٌ عَلَيْه

27/ Asmâ- Bint Abî Bakr رضي الله عنه rapporte que le Prophète ﷺ a dit à propos du vêtement taché par le sang des règles :

Elle le gratte à sec, puis le frotte du bout des doigts avec de l’eau, puis le lave, et ensuite peut accomplir la prière avec ce vêtement.
Sahîh Al-Bukhârî – 307 et Muslim – 291.

Enseignements du hadith :

1- L’impureté du sang des règles que l’on doit faire disparaître sur un vêtement, le corps et tout autre chose devant être purifié, car le Prophète ﷺ a ordonné de le laver, comme c’est le cas dans la Sunna pour la purification des impuretés.

2- La purification des vêtements, du corps et du lieu de toute impureté est une condition de la prière qui n’est pas valide sans cela, en raison de l’ordre de laver le sang des règles avant d’accomplir la prière.

3- L’obligation de gratter ce qui en est sec jusqu’à faire disparaître toute partie solide, puis de le frotter avec de l’eau, puis de le laver afin de faire disparaître le restant d’impureté. Il faut respecter cet ordre qui est le meilleur pour faire disparaître l’impureté sèche, alors que si on agit inversement, l’impureté peut se répandre et toucher des endroits qui ne l’étaient pas auparavant. [En grattant, on fait disparaître ce qui est en surface, alors qu’en frottant avec de l’eau, on fait pénétrer afin de faire disparaître ce qui est imprégné dans le tissu].
Tas-hîl Al-Imâm – 1/101.

4- La permission pour la femme d’accomplir la prière avec le vêtement dans lequel elle a eu ses règles, car après avoir gratté ce qui a pu le toucher, puis frotté avec de l’eau, le vêtement devient pur.

5- La purification du vêtement, du corps et du lieu est une condition de validité de la prière qui n’est pas valide en l’existence d’impureté qu’il est possible de faire disparaître.

6- L’obligation est uniquement de faire disparaître l’impureté, il n’y a pas de nombre défini de lavages, et si un seul lavage fait disparaître l’impureté, il est suffisant.

7- Il n’est pas excusé de laisser une petite tâche du sang des règles, car le fait que le Prophète ﷺ ait dit :  tu le frottes du bout des doigt avec de l’eau indique que la chose est minime, autrement cela nécessiterait un lavage en utilisant la main entière.
Fath Dhî-l-Jalâl wa-l-Ikrâm- 1/219.

8- [Shaykh Al-Albânî dit : Seule l’eau, en dehors de tout autre liquide, peut faire disparaître l’impureté, car toutes impuretés sont considérées au même titre que le sang des règles, et les savants sont unanimes pour dire qu’il n’existe aucune différence entre elles. C’est l’avis de la majorité des savants, alors que Abû Hanîfah été d’avis qu’il était d’avis qu’il était permis de se purifier d’une impureté par tout liquide pur.
As-Shawkânî a dit : La vérité est que l‘eau est un fondement dans la purification, car elle a été décrite ainsi dans le Coran et la Sunna, d’une manière globale et non restreinte. Mais le fait de spécifier uniquement l’eau en rejetant toute autre chose est rejeté par l’essuyage sur les sandales, le grattage du sperme, et de nombreux autres exemples en ce sens. La justesse consiste à dire que chaque forme d’impureté est levée par le moyen indiqué par les Textes, et si le moyen indiqué est l’eau, il n’est pas permis de s’en écarter pour autre chose, en raison de la propriété qu’on lui a accordée, que rien de vient égaler. Mais si le moyen spécifié est autre que l’eau, il est permis de délaisser pour autre que l’eau. Ainsi, si la Législation ne mentionne pas le moyen spécifique à la purification d’une impureté mais que seul l’ordre de s’en de s’en purifier est donné, il est obligatoire de s’en tenir à l’eau, car c’est là le moyen de purification indéniable, alors que les autres peuvent donner lieu au doute. » C’est là la vérité sur cette question, et il faut s’y attacher. Parmi ce qui indique que ce qui est autre que l’eau n’est pas valide pour la purification du sang des règles est la parole du Prophète ﷺ : « et l’eau te suffira » dont le sens induit est que ce qui est autre que l’eau ne suffira pas.
]
As-Sâhîha – 1/604.

9- Shaykh Al-Albânî dit : Quant au sang, en dehors du sang des règles, il n’existe aucune preuve de son caractère impure […] au contraire on peu mentionner le récit de ce Compagnon qui fut atteint par trois flèches décochées par un polythéiste, alors qu’il était en prière, et qui poursuivit sans s’arrêter, alors que le sang coulait, ceci lors de la bataille de Dhât Ar-Riqâ’.
Sahîh Abû Dawud -192.

Il est évident que le Prophète ﷺ en ait eu connaissance,car il est impensable que le Prophèteﷺ n’ait pas eu connaissance de cet événement important, et on n’a pas rapporté qu’il lui ait dit que sa prière était invalide […] Ceci est également appuyé par le fait que Ibn Hazm, malgré le grand nombre de Textes dont il avait connaissance, n’a trouvé aucun Texte mentionnant l’impureté du sang, à l’exception d’un seul hadith qui mentionnant l’impureté du sang des règles.]
As-Sahîhâ – 1/605-608.

 

Extrait tiré du livre :

BOULOUGH AL MARÂM (Tome 1)
Écrit Par Al Hâfidh Ibn Hajar Al-Asqalânî

Pages 56/58 – Éditions Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 4,9/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 13 avis)


Retranscription autorisée par les éditions TAWBAH.

Partenaire: