L’obligation de prêter attention aux droits des gens – Al Hâfidh Ibn Hajar Al-Asqalânî

L’obligation de prêter attention
aux droits des gens 
Al Hâfidh Ibn Hajar Al-Asqalânî

 

 

1007/ ‘Abd Allah Ibn Mas’ûd ﺭﺿﻲ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻨﻪ rapporte que le Messager d’Allah ﷺ a dit :

La première chose jugée entre les gens au Jour de la Résurrection, sera le sang versé.
Sahîh/ Al-Bukhârî – 6533 et Muslim – 1678.

Enseignements du hadith

1- L’importance accordée au sang, car on ne commence par cela au Jour de la Resurrection qu’en raison du fait qu’il est la plus importante des injustices entre les gens.

2- Le hadith ne s’oppose pas à la parole du Prophète ﷺ  :

La première chose sur laquelle le serviteur sera jugé sera sa prière. 
Al-Bukhârî – 6533 et Muslim 1678.
Car le hadith mentionné dans ce chapitre concerne ce qui aura lieu entre le serviteur et les autres créatures, alors que le hadith mentionnant la prière concerne les droits du Créateur. Nul doute que le plus grand droit des gens est le sang, et que le plus grand droit d’Allah سبحانه و تعالى sur le musulman est la prière.

3- L’obligation de prêter attention aux droits des gens, afin que le musulman ne soit pas rattrapé par les conséquences de ses actes en cette situation éminente, et le plus grand des droits est celui du sang.

4- Les juges et tribunaux doivent porter attention aux cas d’homicide et leur donner priorité. Ainsi, dans les tribunaux d’Arabie Saoudite, les peines de mort, de la lapidation et d’amputation ne sont mises à exécution qu’après être passées par trois cours de justice. La première est composée de trois juges qui examinent les accusations et statuent, ensuite le cas est examiné par cinq juges de la Cour de cassation, et s’ils se prononcent également pour l’exécution de la peine, c’est la Cour suprême qui examine le cas. Tout ceci par attention portée à ces affaires et en raison de l’importance qui leur est accordée.

5- Celui qui ne s’est pas acquitté de son droit en ce bas-monde, ce droit lui sera pris dans l’au-delà, et cela sera plus grave car on ne lui prendra devant toutes les créatures […] il faut donc s’empresser de s’acquitter de ce que l’ont doit avant d’être dévoilé au Jour  de la Resurrection.
Sharh Bulûgh Al-Marâm, Livre  des crimes, cassette n°2.

 

Extrait tiré du livre :

BOULOUGH AL MARÂM (Tome 3)
Écrit Par Al Hâfidh Ibn Hajar Al Asqalânî

Page 611/612 – Éditions Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 4,9/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 13 avis)


Retranscription autorisée par les éditions TAWBAH.

Partenaire: