L’ordre de priorité des aumônes – Al Hâfidh Ibn Hajar Al Asqalânî

L’ordre de priorité des aumônes

Al Hâfidh Ibn Hajar Al Asqalânî

 

 

526/ Il (Abû Hurayrah) rapporte également que le Messager d’Allah dit :

Faites l’aumône. Quelqu’un dit : Ô Messager d’Allah, j’ai un dinar. – Fais t’en l’aumône. – J’en ai un autre – Fais-en l’aumône à ton enfant. – J’en ai un autre. Fais-en l’aumône à ton servant. – J’en ai un autre. Tu sais mieux quoi en faire.
Hasan/ Abû Dâwud – 1691.

Enseignements du hadith 

1- Il faut débuter par les dépenses obligatoires avant les aumônes surérogatoires. Si quelqu’un possède ce qui lui suffit, il commence par cela, s’il en possède  d’avantage, il dépense en faveur de son enfant, fille ou garçon, en fonction de son besoin ; s’il en possède d’avantage, il dépense en faveur de son servant ; et s’il en dépense encore d’avantage, il a le choix quant aux personnes auxquelles il va faire l’aumône, car les dépenses obligatoires sont été respectées, et il ne reste plus que les dépenses surérogatoires.

2- Les meilleures voies de bien consistent à donner en faveur des œuvres de bienfaisance chargées de l’enseignement, de la propagation de l’appel à Allah سبحانه و تعالى, à prendre ne charges les sinistrés musulmans, ou encore un proche dans le besoin, un voisin attenant. Il faut considérer quel est l’intérêt prépondérant et lui donner priorité, afin que l’aumône soit d’une grande utilité et faite comme il se doit, ainsi qu’Allah et Son Messager l’aiment.

3- Ne sont mentionnés que l’individu lui-même, l’enfant et le servant, mais il en est de-même pour l’épouse, qu’il est obligatoire de prendre en charge, ainsi que les parents, surtout lorsqu’ils sont âgés et faibles.

4- Toutes les dépenses que l’ont peut faire pour soi-même, son enfant, son servant, et tous ceux qui sont à sa charge, sont considérées comme des aumônes pour lesquelles on est récompensé si elles sont accompagnées d’une intention pieuse. Ces dépenses sont généralement faites par affection, bienveillance, et instinct, mais l’homme bienheureux et perspicaces ne néglige pas de garder à l’esprit l’intention pieuse lorsqu’il accomplit cette dépense et s’acquitte de l’obligation dont Allah l’a chargé et qu’il a interdit de négliger. Il fait cela par confirmation à l’Ordre d’Allah, désir e ce qui est auprès de Lui, et espoir en Sa récompense. S’il dépense avec cette intention pieuse, il parviendra à tout cela.

 

Extrait tiré du livre :

BOULOUGH AL MARÂM (Tome 2)
Écrit Par Al Hâfidh Ibn Hajar Al Asqalânî

Pages 42/43 – Éditions Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 4,9/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 13 avis)


Retranscription autorisée par les éditions TAWBAH.

Partenaire: