Les moyens font partie de la prédestination – Ibn Al-Jawzî

Les moyens
font partie de la prédestination

Ibn Al-Jawzî

 

 

La mise en œuvre des moyens n’a cessé d’être mentionnée dans la Législation, comme dans la Parole d’Allah سبحانه و تعالى :

وَإِذَا كُنتَ فِيهِمْ فَأَقَمْتَ لَهُمُ ٱلصَّلَوٰةَ فَلْتَقُمْ طَآئِفَةٌۭ مِّنْهُم مَّعَكَ وَلْيَأْخُذُوٓا۟ أَسْلِحَتَهُمْ

Et lorsque tu (Muhammad) te trouves parmi eux, et que tu les diriges dans la prière, qu’un groupe d’entre eux se mette debout en ta compagnie, en gardant leurs armes.
Sourate An-Nisâ-, v .102.

فَمَا حَصَدتُّمْ فَذَرُوهُ فِى سُنۢبُلِهِۦٓ إِلَّا قَلِيلًۭا مِّمَّا تَأْكُلُونَ

Tout ce que vous aurez moissonné, laissez-le en épi, sauf le peu que vous consommerez.
Sourate Yûsuf, v.47.

Le Prophète ﷺ a porté deux cuirasses, l’une sur l’autre, il a consulté deux médecins, lorsqu’il arriva à Ta-if, pour entrer à la Mecque, il envoya chercher Al-Mut’im ibn ‘Iddî auquel il dit : J’entrerai sous ta protection alors qu’il aurait pu entrer sans mettre en œuvre ces moyens, en plaçant simplement sa confiance en Allah.

Mais, puisque la Législation lie les conséquences à des causes, me détourner de celles-ci serait une atteinte à la sagesse. C’est pourquoi, je suis d’avis qu’il est bon de soigner. Le fondateur de l’école juridique à laquelle j’appartiens* a été d’avis qu’il était plus méritoire de ne pas soigner, mais le Textes m’ont empêché de le suivre sur cette question, car le hadith authentique que le Prophète ﷺ a dit :

Allah n’a pas créé une maladie sans créer son remède, alors soignez-vous.
Al-Bukhârî – 5678.

Cette parole est à prendre comme un ordre, et l’ordre est soir une obligation, ou soit une recommandation, et aucune restriction ne vient le limiter de sorte que l’on puisse dire : « Cela indique uniquement la permission. »

‘A-ishah ﺭﺿﻲ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻨﻪ disait :

J’ai appris la médecine avec les nombreuses maladies du Messager d’Allah ﷺ et tout ce qu’on lui a prescrit.
Hasan,Al-Musnad – 6/67.

*Il s’agit de l’imam Ahmed Ibn Hanbal qui n’a pas cherché à fonder une école juridique, n’a pas appelé ses disciples à le suivre sur ce qu’il disait, mais il les appelés à revenir aux fondements.

 

Extrait tiré du livre :

Les Pensées Précieuses

Écrit Par Ibn Al-Jawzî

Page 89 – Édition Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 4,8/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 14 avis)

 

Retranscription autorisée par l’édition Tawbah.

Partenaire: