Les objectifs et sagesses du mariage 2/3 – Ibn Al Jawzî

Les objectifs et sagesses du mariage 2/3

Ibn Al Jawzî

 

 

Ceci peut également influencer sur l’enfant qui, s’il est conçu par deux jeunes qui n’ont pas eu de rapports charnels pendant une longue période, sera généralement plus fort que celui d’un autre couple ou que celui qui a une pratique régulière.

C’est pour cela qu’on a réprouvé le mariage consanguin, car cela empêche l’âme de s’abandonner : l’individu s’imagine qu’il a un rapport charnel avec une partie de lui-même. Et à l’inverse on a recommandé le mariage avec ceux qui sont étrangers à la famille. De la même manière, on évacuera mieux ces excédents nuisibles avec une nouvelle partenaire, même d’apparence repoussante, qu’avec celle qui constitue l’habitude. De la même manière qu’un homme rassasié, après s’être repu de pain et de viande au point de ne plus pouvoir avaler serait-ce une seule bouchée, si on lui présente une friandise ou quelque chose de meilleur, la mangera car la nouveauté a un pouvoir extraordinaire.

Ceci car l’âme ne penche pas vers ce quoi elle est accoutumée, désire autre chose que celle qu’elle connaît et s’imagine qu’elle trouvera en ce qui est nouveau, une forme de ce qu’elle recherche. Lorsqu’elle n’y parvient pas, elle s’en détourne vers une autre nouveauté, comme si elle connaissait l’existence d’une chose parfaite sans aucun défaut, et qu’elle se l’imagine en ce qu’elle voit.

Il y a là, une preuve cachée de la Résurrection car la création de celui dont le désir est sans fin serait de forme futile, et tu dois comprendre cela !*
*L’âme humaine en veut toujours plus, c’est pourquoi sont nécessaires la Résurrection, le Rassemblement, le Paradis, et l’Enfer, afin qu’elle parvienne à l’objectif ultime au-delà duquel on ne peut rien ajouter. Sinon, l’enchaînement sans fin en ce bas monde, dans le but d’en vouloir toujours plus est une futilité dont le Créateur doit être innocenté.

Lorsque l’âme découvre les défauts de ce qu’elle rencontre ici-bas, elle repart à la recherche d’une nouveauté. C’est pourquoi les sages ont dit :

La passion (Al’Ishq) désigne le fait de ne pas voir les défauts de l’être aimé, et celui qui médite sur ses défauts se console.

C’est pourquoi il est recommandé à l’épouse de ne pas s’éloigner de son époux au point de s’en faire oublier, et de ne pas trop s’en rapprocher afin qu’il ne s’en lasse pas ou qu’ils lui apparaissent ses vices cachés, et il en est de même pour lui.

L’homme ne pas chercher à découvrir les parties secrète de son épouse, et faire en sorte de ne sentir d’elle que des parfums agréables et bien d’autres caractères que les femmes avisées mettent en valeur, car elles savent cela d’instinct sans avoir besoin d’enseignement.

Quant aux sottes, elles ne s’en préoccupent pas, aussi leurs maris se détournent-ils vite d’elles.

 

Extrait tiré du livre :

Les Pensées Précieuses

Écrit Par Ibn Al-Jawzî

Page 49 – Édition Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 4,8/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 14 avis)

 

Retranscription autorisée par l’édition Tawbah.

Partenaire: