Est-ce un péché d’éprouver un amour que l’on ne contrôle pas – Ibn Al-Qayyim

Est-ce un péché d’éprouver un amour

que l’on ne contrôle pas

Ibn Al-Qayyim

 

 

Jâmi’ Ibn Murkhiyah rapporte : j’ai demandé à Sa’îd Ibn Al-Musayyib, le mufti de Médine :

– Est-ce péché que d’éprouver un amour qui m’a assailli sans que je puisse le repousser ?

Il répondit :

– Tu n’es blâmé que pour ce que tu contrôles. Par Allah, personne ne m’a jamais interrogé sur cela, et si quelqu’un l’avait fait, je n’aurais répondu que cela. 

La chaîne de transmission n’est pas authentique, voir Rawdah Al-Muhibbîn – 227/247.

L’amour pour les femmes est de trois types :

1 ⇒ Un amour qui est une adoration et une obéissance, comme l’amour fou de l’homme pour son épouse et sa servante, et cet amour est un amour bénéfique, car il est ce qui amène le plus aux buts pour lesquels Allah a légiféré le mariage, et ce qui permet le plus au regard et au cœur de regarder ailleurs, c’est pourquoi ce fou d’amour est loué auprès d’Allah et des gens.

2 ⇒ Un amour qui est une aversion d’Allah et un éloignement vis-à-vis de Sa miséricorde. C’est la chose la plus néfaste à l’homme en sa religion et sa vie d’ici-bas, et c’est là l’amour fou porté aux éphèbes. N’est éprouvé par cela que celui qui a chuté au regard d’Allah, qui a été refoulé à Sa porte, et dont le cœur a été éloigné de Lui. C’est un des plus grands obstacles coupant d’Allah, comme l’a dit un pieux prédécesseur : « Lorsque l’homme chute au regard d’Allah, il est éprouvé par l’amour des éphèbes. » C’est cet amour qui a provoqué le châtiment du peuple de Lût, et ils n’ont été frappés que pour cette folie amoureuse. Allah بحانه و تعالى dit :

قَالَ هَٰٓؤُلَآءِ بَنَاتِىٓ إِن كُنتُمْ فَٰعِلِينَ

Par ta vie (ô Muhammad) ! Ils s’aveuglent dans leur ivresse
Sourate Al-Hijr, v.72.

Le remède à ce mal réside dans la recherche de secours auprès de Celui qui retourne les cœurs, la véracité du retour vers Lui, la consécration à Sa mention, la recherche de compensation par Son amour et Sa proximité, la réflexion sur la souffrance que suscite cet amour fou, le plaisir qu’il fait perdre, la perte de la chose la plus aimée et la survenue de la chose la plus détestable qu’elle implique.

Si, malgré tout, son âme se risque en cela et ce que cela implique, alors qu’il prononce sur elle les Takbîr de la prière mortuaire, et qu’il sache que le malheur l’a cernée.

 3 ⇒ L’amour permis incontrôlable, comme l’amour de celui auquel on décrit une belle femme, ou de celui qui la voit involontairement, à l’improviste, et dont le cœur s’attache à elle, suscitant cet amour fou, sans que cela ne provoque aucune désobéissance. Cet amour n’est pas contrôlable et n’est pas punissable. Il est meilleur pour lui de le repousser et de s’adonner à ce qui lui est plus profitable.
Il doit dissimuler cela, rester chaste et patienter sur ce malheur. Allah le récompensera pour cela, et compensera sa patience pour Allah, sa chasteté, son délaissement de l’obéissance à ses passions, et sa préférence donnée à la satisfaction d’Allah, par ce qui est auprès de Lui.

 

Extrait tiré du livre :

Péchés et Guérison

Écrit Par Ibn Al Qayyim

Pages 326/327 – Édition Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 4,8/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 14 avis)

 

Retranscription autorisée par l’édition Tawbah.

Partenaire: