La permission de l’amour fou – Ibn Al Qayyim

La permission de l’amour fou

Ibn Al Qayyim

 

 

Et s’il n’y avait pour permission de l’amour fou que le hadith rapporté avec une bonne chaîne de transmission qui est le hadith de Suwayd Ibn Sa’îd, d’après ‘Alî Ibn Mus-hir, d’après Abû Yahyâ Al-Qattâb, d’après Mujâhid, d’après Ibn ‘Abbâs qui rapporte que le Prophète ﷺ a dit :

• Celui qui est fou amoureux, mais reste chaste, dissimule cela, et meurt, est martyr.
Ibn Al-Qayyim va évoquer ce hadith à la fin du chapitre.

[Ce serait suffisant].
[Ibn Al-Qayyim mentionna ensuite plusieurs chaînes de transmission de ce hadith.]

De même, le maître des premiers et derniers, le Messager du Seigneur de l’univers ﷺ vit Zaynab Bint Jahsh رضي الله عنه et dit :
Gloire à Celui qui retourne les cœurs !
Ad-DaL îfah – 6848.
Shaykh Al-Albânî qualifie ce hadith de Munkarjiddan, ce qui est un degré de faiblesse très élevé. 

Elle était l’épouse de Zayd Ibn Hârithah, son esclave affranchi. Lorsqu’il voulut la répudier, il lui dit : Crains Allah et garde ton épouse.”  Mais lorsqu’il la répudia, Allah سبحانه و تعالى, du haut des sept cieux, la maria à Son Messager ﷺ. C’est Allah qui fut son tuteur et le tuteur de son mariage à Son Messager ﷺ. Il établit le contrat de mariage au-dessus de Son Trône, et révéla à Son Messager ﷺ :

Rappelle- toi quand tu disais à celui qu’Allah avait comblé de bienfaits ; comme toi-même l’avais comblé : « Garde ton épouse et crains Allah », et tu cachais au fond de ton âme ce qu’Allah allait rendre public. Tu craignais les gens, et Allah est plus digne de ta crainte.
Sourate Al-Ahzâb, v.37.

Et Dâwud عليه السلام qui avait quatre-vingt-dix-neuf épouses, puis aima une femme, et l’épousa, complétant ainsi à cent.
Tafsîr At-Tabarî – 23 / 150-151, il s’agit d’un hadith qui n’est pas authentique.

Az-Zuhrî a dit : Le premier amour fut en islam : l’amour du Prophète ﷺ pour ‘Â-ishah رضي الله عنه.
Il s’agit d’un récit mensonger, voir AI-Mawdûcât – 2/267.

Et Masrûq la nommait la bien-aimée du Messager du Seigneur de l’univers ﷺ.

Abû Qays, l’esclave affranchi de ‘Abd Allah Ibn ‘Amr a dit :
‘Abd Allah Ibn ‘Amr m’envoya demander à Umm Salamah : Le Prophète ﷺ embrassait-il ses épouses alors qu’il jeûnait ?
– Non. – ‘Â-ishah رضي الله عنه  a dit que le Prophète ﷺ l’embrassait alors qu’il jeûnait. – Lorsque le Prophète ﷺ voyait ‘Â-ishah, il ne pouvait s’en empêcher, par amour, mais moi non.
Al-Irwâ’ – 4/84. La chaîne de transmission comporte deux imperfections.

Sa’d Ibn Ibrâhîm rapporte de ‘Âmir Ibn Sa’îd et de son père :
Ibrâhîm, l’ami intime d’Allah عليه السلام, rend visite à Hâjar chaque jour depuis le Shâm sur Al-Burâq, en raison de son amour éperdu pour elle, et le peu de patience face à son absence.
I’tilâl Al-Qulûb – 311.  La chaîne de transmission n’est pas authentique.

Al-Kharâ’itî mentionne Ibn ‘Asâkir dans At-Târikh – 31/178, la chaîne de transmission n’est pas authentique. que ‘Abd Allah Ibn ‘Umar  رضي الله عنه acheta une servante byzantine qu’il aimait éperdument. Un jour, elle tomba d’une de ses mules, il essuya la terre de son visage et l’embrassa. Elle lui disait constamment : « Maître, tu es bon. » Puis elle s’enfuit, il éprouva pour elle un amour intense et dit :

]e pensais être bon, mais elle est partie
Et aujourd’hui je sais que je ne suis pas bon

Abû Muhammad Ibn Hazm a dit :
Nombre de califes bien guidés et d’imams ont aimé.
Tawq Al-Hamâmah – 5.

Un homme dit à ‘Umar Ibn Al-Khattâb :
– Ô Commandeur des croyants ! J’ai vu une femme, et je suis tombé éperdument amoureux d’elle.
Il répondit : – C’est une chose que tu ne contrôles pas.

Nous répondons à tout cela, et c’est Allah qui accorde le succès :

À ce sujet, il est nécessaire de distinguer l’illicite du permis, et l’utile du nuisible, et de ne pas juger la chose blâmable et réprouvable, ou louable et acceptable, de manière globale. Mais il faut exposer sa disposition légale et dévoiler ce qu’il en est en mentionnant ses implications. Sinon, l’amour fou n’est, en soi, ni louable ni blâmable, et nous mentionnerons l’amour bénéfique et nuisible, permis et illicite.

Sache que le plus bénéfique, obligatoire, élevé, et grandiose des amours est celui pour l’amour duquel les cœurs ont été créés, et dont la nature des créatures consiste à Le déifier. C’est sur lui qu’ont été établis les deux et la terre et créés les êtres. Il est l’essence de l’attestation qu’il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah, et la divinité est celle que les cœurs déifient par l’amour, la vénération, la glorification, la soumission, la sujétion et la servitude. L’adoration ne convient qu’à Lui seul, et l’adoration consiste en la perfection de l’amour associée à la perfection de la soumission et de l’humiliation. L’association en cette servitude compte parmi les pires injustices, qu’Allah ne pardonne pas. Allah سبحانه و تعالى est aimé pour Lui-même, de tous les points de vue, et tout ce qui qui est autre que Lui n’est aimé qu’en conséquence de Son amour.

 

Extrait tiré du livre :

Péchés et Guérison

Écrit Par Ibn Al Qayyim

Pages 307/308 – Édition Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 4,8/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 14 avis)

 

Retranscription autorisée par l’édition Tawbah.

Partenaire: