La Qibla des prophètes jusqu’à l’époque du Messager d’Allah ﷺ – Ibn Kathîr

La Qibla des prophètes jusqu’à l’époque
du Messager d’Allah

Ibn Kathîr

 

 

Ce dôme fut élevé le premier jour de leur calendrier, le premier jour du printemps, de même que le coffre auquel il est fait référence – et Allah est le plus Savant – dans le Parole d’Allah :

وَقَالَ لَهُمْ نَبِيُّهُمْ إِنَّ ءَايَةَ مُلْكِهِۦٓ أَن يَأْتِيَكُمُ ٱلتَّابُوتُ فِيهِ سَكِينَةٌۭ مِّن رَّبِّكُمْ وَبَقِيَّةٌۭ مِّمَّا تَرَكَ ءَالُ مُوسَىٰ وَءَالُ هَٰرُونَ تَحْمِلُهُ ٱلْمَلَٰٓئِكَةُ ۚ إِنَّ فِى ذَٰلِكَ لَءَايَةًۭ لَّكُمْ إِن كُنتُم مُّؤْمِنِينَ

Leur prophète leur dit : Le signe de sa royauté sera que le coffre vous parviendra ; il contient une quiétude venant de votre Seigneur, et les reliques de ce que laissèrent la famille de Mûsâ et la famille de Hârûn. Les anges le porteront. Voilà bien là un signe pour vous, si vous êtes croyants ! 
Sourate Al-Baqarah, v. 248.

Nous avons résumé cette partie qui est très détaillée dans leur Livre et comprend entre autres des rites, des règles, et la description de leurs offrandes. Il disent également que le dôme existait avant qu’ils n’adorent le veau, et cet événement eu lieu avant qu’ils n’arrivent à Bayt Al-Maqdis, et que ce dôme était pour eux comme la Ka’bah : ils y priaient, s’orientaient vers lui et y amenaient leurs offrandes.

Lorsque Mûsâ y pénétrait, il restaient autour et la colonne de fumée descendait sur la porte, ils se prosternaient alors pour Allah, et Allah s’adressait alors à Mûsâ, lui révélait des ordres et des interdictions, alors que Mûsâ se tenait près du coffre entre les deux anges. À la fin de la conversation, il informait les Enfants d’Israël de ce qu’Allah lui avait révélé comme ordres et interdictions. Et lorsqu’ils l’interrogeaient  sur une chose dont il n’avait rien reçu d’Allah, il venait à ce dôme, se tenait près du coffre entre les deux anges, et le jugement lui était révélé.

Cela leur était permis à l’époque, c’est-à-dire l’utilisation de l’or, de la soie teintée et des ornements dans leurs lieux d’adoration. Mais dans notre législation, cela est interdit, et on nous a interdit d’orner et embellir les mosquées afin de ne pas déconcentrer les fidèles (Ndt : par exemple, la parole du Prophète ﷺ :
On ne m’a pas ordonné d’orner les mosquées.” Abû Dâwûd – 448 qualifié d’authentique par Al-Albânî.), comme ‘Umar Ibn Khattâb à la personne qu’il chargea des travaux d’agrandissement de la mosquée du Prophète ﷺ :
“Prends garde à ne pas peindre en rouge ou en  jaune, afin de ne pas tenter les gens.”
Ibn ‘Abbâs a dit :
“Vous allez les orner tout comme les juifs et les chrétiens ont orné leurs église.”

Et cette communauté ne ressemble pas aux communautés précédentes, car Allah réunit leurs pensées dans la prière pour s’orienter vers Lui, et Il a préservé leurs regards et leurs pensées de tout ce qui pourrait les distraire de l’adoration qu’ils sont en train d’accomplir. Et la louange revient à Allah.

Les enfants d’Israël transportaient avec eux ce dôme pendant leur errance, ils priaient en sa direction, leur imam était Mûsâ عليه السلام, et celui qui présentait les offrandes Hârûn. Lorsque Hârûn et Mûsâ moururent, les enfants de Hârûn prirent la succession de la tâche de leur père, et ce jusqu’à nos jours. Après Mûsâ, ce fut son disciple Yûsha’ Ibn Nûn عليه السلام qui se chargea du fardeau de la prophétie, et c’est lui qui les fit pénétrer à Bayt Al-Maqdis, comme cela viendra plus tard.

L’essentiel est que lorsqu’ils s’installèrent à Bayt Al-Maqdis, il mit le dôme sur le rocher, et il priaient en sa direction. Lorsqu’il disparut, ils continuèrent à prier dans sa direction, c’est-à-dire le rocher, et c’est pourquoi cela fut la Qibla des prophètes jusqu’à l’époque du Messager d’Allah ﷺ.

Le Prophète ﷺ pria dans cette direction avant Al-Hijrah, tout en mettant la Ka’bah devant lui. Lorsqu’il émigra [vers Médine] on lui ordonna de prier en direction de Bayt Al-Maqdis, ce qu’il fit pendant seize (ou dix-sept) mois, puis la Qibla se déplaça vers la Ka’bah qui était la Qibla de Ibrâhîm عليه السلام.

Ceci eut lieu au mois de Sha’bân, en l’an deux [de l’hégire] à l’heure de la prière du ‘Asr (ou du Dhuhr pour certains), comme nous l’avons rappelé en détails dans At-Tafsîr en explication de la Parole d’Allah : Sourate Al-Baqarah, v. 142-150.

Partager cet article avec vos proches :

 

Extrait tiré du livre :

L’Authentique des Récits des Prophètes
(Œuvre Intégrale) Tome 2

Écrit Par Ibn Kathîr

Pages 170/171 – Éditions Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 4,8/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 12 avis)


Retranscription autorisée par les éditions Tawbah.

Partenaire: