Chaque fois que le serviteur commet un péché, il descend à un degré plus bas – Ibn Al-Qayyim

Chaque fois que le serviteur commet un péché, il descend à un degré plus bas

Ibn Al-Qayyim

 

 

Les péchés font tomber le pécheur parmi ceux qui sont aux plus bas degrés, après qu’il ait été préparé pour être aux plus hauts degrés, car Allah a divisé Ses créatures en deux : ceux qui sont aux plus hauts degrés, et ceux qui sont aux plus bas degrés. Il a fait de ceux qui Lui obéissent ceux qui sont aux plus hauts degrés en ce bas-monde et dans l’au-delà ; et de ceux qui Lui désobéissent ceux qui sont aux plus bas degrés en ce bas-monde et dans l’au-delà. De même qu’Il a fait de ceux qui Lui désobéissent Ses créatures les plus nobles, et de ceux qui Lui désobéissent Ses créatures les plus viles ; et qu’Il a accordé la puissance aux uns et l’humiliation et la servilité aux autres.

‘Abd Allah Ibn ‘Amr ﺭﺿﻲ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻨﻪ rapporte que le Prophète ﷺ a dit :

J’ai été envoyé par l’épée à l’approche de l’Heure pour que l’on n’adore qu’Allah sans Lui donner d’associé. On a mis ma subsistance sous l’ombre de ma lance, et l’avilissement et la bassesse sur quiconque s ‘oppose à mon ordre.

Sahîh Al-Jâmi’ -2831.

Ainsi, chaque fois que le serviteur commet un péché, il descend à un degré plus bas, et il ne cesse de descendre jusqu’à compter parmi les membres des plus bas degrés ; et chaque fois qu’il obéit à Allah, il s’élève d’un degré, et il ne cesse de s’élever jusqu’à compter parmi les membres des plus hauts degrés. Au cours de son existence, l’homme peut rassembler l’élévation d’un côté et la descente de l’autre, et il comptera parmi les membres du côté pour lequel il aura plus œuvré. Ainsi, celui qui s’élève de cent degrés puis descend d’un degré n’est pas comme celui dont la situation est inverse.

On présente ici aux gens une grande erreur qui consiste à dire que l’homme peut chuter d’une distance plus grande que celle séparant l’Orient de l’Occident, et le ciel et la terre, et que son élévation de mille degrés n’équivaudrait pas à cette seule chute, comme il est rapporté du Prophète ﷺ :

L’homme peut prononcer une parole à laquelle il ne prête aucune attention et être jeté pour cela en Enfer d’une distance plus grande que celle séparant l’Orient de l’Occident.

Al-Bukhârî – 6112 et Muslim – 2988.

Alors quelle élévation pourrait égaler cette descente ?

• La descente est une chose en laquelle l’homme doit nécessairement tomber, mais il en est dont la descente est due à une insouciance, et lorsqu’ils s’en réveillent, ils reviennent au degré qui était le leur, ou à un degré plus élevé encore, en fonction de leur éveil.

Pour d’autres, la descente est due au fait de pratiquer une chose permise en laquelle ils ne cherchent pas à obéir à Allah, et lorsqu’ils reviennent à l’obéissance, ils reviennent au degré qui était le leur, tout comme ils peuvent ne pas y parvenir, ou encore s’élever plus haut, car ils peuvent revenir avec plus d’intérêt qu’ils n’en avaient, ou moins, ou d’une manière égale.

• Pour d’autres encore, la descente est due à un péché, mineur ou majeur, et revenir au même degré demande un repentir et une pénitence sincères. On a divergé quant à savoir si, après son repentir, l’homme revenait au degré auquel il était, en se basant sur le fait que le repentir efface les conséquences du péché, et qu’il en est comme s’il n’avait jamais été ; ou si l’homme ne revenait pas au même degré, en se basant sur le fait que le repentir porte sur l’annulation du châtiment, quant au degré perdu, il n’y revient pas.

Certains ont dit que cela était établi par le fait qu’au moment où il a désobéi à Allah, le serviteur s’est détourné d’un autre acte pouvant l’élever, et d’une élévation par l’ensemble de ses actes passés, à la manière des gains qu’engrange un homme chaque jour de par l’ensemble des biens qu’il possède, et plus les biens augmentent, plus le profit augmente. Ainsi, au moment de la désobéissance, le serviteur a manqué une élévation et un gain de par l’ensemble de ses œuvres, et si les œuvres reprennent, l’élévation reprend après une descente, alors qu’avant ceci il s’élevait toujours plus haut, et il existe entre les deux situations un fossé immense.

D’autres ont dit que cela était similaire à deux hommes semblables grimpant chacun sur une échelle sans fin. L’un d’eux descend plus bas, ne serait-ce que d’un degré, puis reprend l’élévation. De cette manière, celui qui n’est pas descendu le devancera nécessairement.

Shaykh Al-Islâm Ibn Taymiyyah رحمه الله s’est prononcé de manière juste entre les deux groupes en disant :

Ce qui est correct est que certains de ceux qui se repentent reviennent à un degré plus élevé, d’autres à un degré semblable, et d’autres à un degré plus bas.

 

 

Extrait tiré du livre :

Péchés et Guérison

Écrit Par Ibn Al Qayyim

Pages 121/122 – Édition Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 4,8/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 11 avis)


Retranscription autorisée par les éditions Tawbah.

Partenaire: