Comment tirer profit du Coran – Ibn Al-Qayyim

Comment tirer profit du Coran

Ibn Al-Qayyim

 

 

Si tu veux tirer profit du Coran, tu doit le réciter et l’écouter de tout ton cœur, tendre l’oreille et considérer que c’est à toi que s’adresse Celui qui parle عز وجل. C’est une parole émanant de Lui, qui t’est adressée et qui a été transmise par Son Prophète ﷺ.
Allah عز وجل dit : 

إِنَّ فِى ذَٰلِكَ لَذِكْرَىٰ لِمَن كَانَ لَهُۥ قَلْبٌ أَوْ أَلْقَى ٱلسَّمْعَ وَهُوَ شَهِيدٌۭ

Il y a bien là un rappel pour quiconque a un cœur ou prête l’oreille [aux versets d’Allah] lorsqu’il est présent. 
Sourate Qâf, v.37.

Ce verset montre de la manière la plus concise, la plus claire et la plus évidente que le plein effet [du Coran] nécessite :

[L’existence] préalable [d’une parole] influente
Un receptacle prompt à l’accepter
Une condition nécessaire pour que [cette parole soit suivie] d’effet
Et la levée de tout obstacle.

Sa Parole : “Il y a bien là un rappel” fait référence ce qui a précédé du début de la sourate jusqu’à ce verset, et c’est là la parole influente.

Sa Parole : pour quiconque a un cœur” désigne le réceptacle a un cœur désigne le réceptacle prompt à accepter [cette parole], et il s’agit du cœur vivant qui reconnaît Allah, comme Allah عز وجل dit :

 إِنْ هُوَ إِلَّا ذِكْرٌۭ وَقُرْءَانٌۭ مُّبِينٌۭ – لِّيُنذِرَ مَن كَانَ حَيًّۭا

Ceci n’est qu’un rappel et un Coran clair, afin qu’il avertisse celui qui est vivant.
Sourate Yâ-Sîn, v.69-70.

C’est-à-dire celui dont le cœur est vivant.

Sa Parole : “ou prête l’oreille” [aux versets d’Allah] indique qu’il dirige son ouïe et don sens auditif vers ce qu’on lui dit, c’est là la condition pour que la parole soit suivie d’effet.

Sa Parole : “lorsqu’il est présent” indique que son cœur est présent et non absent.

Ibn Qutaybah a dit : Il s’agit de celui qui a écouté le Livre d’Allah, d’un cœur présent, avec compréhension, sans insouciance ou oublie.
Gharîb Al-Qurân p.419.

[Cette partie du verset] indique l’obstacle [qui peut empêcher l’effet de cette parole] qu’est l’insouciance du cœur, l’absence de raisonnement, de considération et de réflexion sur ce qui lui est dit.

Si sont réunis : [la parole influente – le Coran -,  un receptacle prompt à l’accepter – le cœur – , une condition nécessaire – prêter l’oreille -, et la levée de tout obstacle – l’insouciance du cœur concernant le sens de cette parole et son occupation par autre chose -, l’effet se reproduira et l’on pourra tirer profit de la lecture [de la lecture] du Coran et se rappeler [d’Allah].

 

Extrait tiré du livre :

Les Méditations

Écrit Par Ibn Al-Qayyim

Pages 13/14 – Éditions Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 5/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 11 avis)


Retranscription autorisée par l’édition Tawbah.

Partenaire: