Le véritable ascétisme et la recherche de sa subsistance – Ibn Al-Jawzî

Le véritable ascétisme et
la recherche de sa subsistance
Ibn Al-Jawzî

 

 

J’ai constaté qu’une des plus grandes ruses de Satan, et un des ses stratagèmes les plus habiles à entourer les gens riches en leur donnant des espérances et en les occupant aux plaisirs qui éloignent de l’au-delà et des œuvres qui permettent de le gagner.

Lorsqu’il les attache à l’argent, en les poussant à en amasser et les encourageant à en obtenir, il leur insuffle de le protéger par avarice.

C’est là une de ses ruses les plus fortes, et un des stratagèmes les plus puissants.

Puis, par une ruse subtile, il fait craindre aux croyants de gagner de l’argent, et ainsi celui qui aspire à l’au-delà le fuira et celui qui veut se repentir s’empressera de se défaire de ce qu’il possède.

Satan ne cesse de l’encourager à l’ascétisme, à lui commander le dépouillement, et lui faire craindre les voies du gain en prétextant lui être de bon conseil et préserver sa religion.

Les subtilités de la chose montrent ses stratagèmes étonnants. Parfois, Satan emprunte la voix d’un des maîtres que le repentant suit, et lui dira :
« Abandonne tes biens, et rejoins le groupe des ascètes ! Tant que tu auras de quoi langer à midi et le soir, tu n’en feras pas partie et tu n’atteindras pas les degrés de la détermination. »
Il peut lui donner des hadiths qui sont loin d’être authentiques et qui ont été rapportés pour une cause déterminée et une intention précise. Lorsqu’il abandonne ce qu’il possède et ses sources de revenus, il se trouve a convoiter le moindre don de ses frères, ou Satan lui fait apprécier la compagnie des gouverneurs, car il ne peut supporter la voie de l’ascétisme et du dépouillement que quelques jours, puis la nature refait surface et condamne ses aspirations. Il tombe alors dans un état pire encore que celui qu’il a voulu fuir, et sacrifie sa principale marchandise, sa religion et son honneur, devient une véritable chiffe et se met dans la situation qui tend la main.*
*Il sera contraint de répondre aux aspirations du gouverneur en lui donnant des fatwas et lui accordant la permissions, ainsi il devient un moyen de souiller ses œuvres tout en leur donnant l’habit de la Législation, à la manières du chiffons avec lequel on essuie des mains et les saletés ; et perçoit pour cela de l’argent,  et ainsi se met dans une situation de celui qui tend la main.

S’il avait médité l’exemple des hommes, des nobles parmi eux, s’il avait médité les hadiths authentiques transmis par leurs pontes, il aurait su que Al-Khalil (l’ami privilégié d’Allah, Ibrahim عليه السلام) était très riche, si riche que ses troupeaux emplissaient la ville.

C’était le cas de Lut عليه السلام, de nombreux prophètes et de la plupart des Compagnons. Ils ont uniquement patienté quand ils n’avaient rien et ne se sont pas interdit ce qui leur était utile, ni de prendre ce qui était licite quand cela se présentait.

Ainsi Abû Bakr voyageait pour faire du commerce du vivant du Messager ﷺ. La plupart d’entre eux cédaient au Trésor Public (Bayt Al-Mal) le surplus de leurs ressources et ne subissaient pas l’humiliation de demander à leurs frères. Ainsi, Ibn ‘Umar ne refusait rien et ne demandait rien.*

*C’était également le comportement de son père qui rapporte :
Le Prophète ﷺ me faisais des dons et je lui disais : Donne cela à quelqu’un qui en a plus besoin que moi. Une fois, il me donna de l’argent et je luis dis : Donne cela à quelqu’un qui en a plus besoin que moi. Il me répondit :
“Prends-le, et ce qu’on te donne comme biens dont tu n’es pas responsable et que tu ne demandes pas, prends-les, et ce qui est autre, ne le cherche pas.”

Al-Bukhârî – 7163 et Muslim – 1045.

J’ai constaté que la plupart des gens de religion et de science se trouvent dans cette situation :

La science les a empêchés de trouver des revenus à leurs débuts, mais lorsqu’ils ont eu ensuite besoin d’assurer leur subsistance, il se sont humiliés alors qu’ils étaient les plus dignes de considération.

Autrefois, le Trésor Public leur aurait assigné un revenu garanti par l’excédent des gains de leurs frères. Mais, comme de nos jours, on ne donne plus rien au Trésor Public, l’homme pieux ne peut rien obtenir sans sacrifier une partie de sa religion. Et encore, s’il y parvient, car il peut ruiner sa foi sans avoir rien obtenu.

L’homme raisonnable doit donc préserver ce qu’il possède et s’appliquer à gagner ce qu’il peut afin de ne pas avoir à faire de simagrées devant le tyran, et de ne pas flatter l’ignorant.

Il ne doit pas faire cas de sornettes de ces mystiques qui attribuent des mérites à la pauvreté, car elle est, en fait, que maladies et impuissance et celui qui endure à la même rétribution que celui qui endure la maladie, sauf s’il s’agit d’un lâche qui recule devant l’action et se contente du minimum vital. Cela n’est pas le rang des braves mais celui des ascètes lâches.

Quant à celui qui cherche des revenus afin d’être celui qui donne et non celui qui reçoit, celui qui fait l’aumône et non celui a qui on l’a fait, c’est la le rang des courageux et nobles. Quiconque médite cela, verra la dignité de la richesse et le danger qui fait courir la pauvreté.

 

Extrait tiré du livre :

Les Pensées Précieuses

Écrit Par Ibn Al-Jawzî

Pages 23-25 – Édition Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 4,8/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 14 avis)

 

Retranscription autorisée par l’édition Tawbah.

Partenaire: