Voulez-vous que je vous parle de celui qui mangeait la meilleure nourriture ? – Ibn Kathîr

Voulez-vous que je vous parle de celui
qui mangeait la meilleure nourriture ?

Ibn Kathîr

 

 

On rapporte que Yahyâ s’isolait souvent et ne se trouvait bien que les lieux désertiques, buvant l’eau des rivières, mangeant parfois des criquets, et il se disait : “Qui est plus favorisé que toi, ô Yahyâ ?”

Ibn ‘Asâkir (At-Târîkh – 27/248) rapporte que ses parents partirent un jour à sa recherche et le trouvèrent devant le fleuve du Jourdain. Lorsqu’ils le rejoignirent, ils pleurèrent à chaudes larmes en voyant l’état de dévotion et de crainte d’Allah dans lequel il se trouvait.

Ibn Wahb rapporte d’après […] Mujâhid : “La nourriture de Yahyâ était composée d’herbes et il pleurait souvent par crainte d’Allah, au point que même s’il avait un bouton sur les yeux, il le perçait.”

Muhammad Ibn Yahyâ Ad-Dhuhlî rapporte d’après […] Ibn Shihâb : “Je me suis assis un jour avec Abû Idrîs Al-Khawlânî qui disait : “Voulez-vous que je vous parle de celui qui mangeait la meilleure nourriture ?” Lorsqu’il vit que les gens le regardaient, il dit : “Yahyâ Ibn Zakariyyâ est celui qui mangeait la meilleure des nourritures. Il mangeait avec les bêtes sauvages pour ne pas se mêler à la vie des hommes.” 

Ibn Al-Mubârak rapporte d’après Wuhayb Ibn Al-Warad : “Zakariyyâ perdit son fils Yahyâ pendant trois jours. Il le chercha dans le désert et le trouva en train de pleurer dans une tombe qu’il avait creusée. Il lui dit : “Ô mon enfant ! Je te cherche depuis trois jours et toi tu es dans cette tombe que tu as creusée et dans laquelle tu pleures ?” Il répondit : “Ô mon père ! N’est-ce pas toi qui m’as informé qu’il y a entre le Paradis et l’Enfer une distance que ne pouvait être parcourue que par les larmes ?” Il dit : “Pleure mon enfant.” Et ils pleurèrent tous les deux.”

Ibn ‘Asâkir (At-Târîkh 27/248) rapporte que Yahyâ عليه السلام a dit :

“Les habitants du Paradis ne dorment pas en raison des délices dans lesquels ils sont. C’est pourquoi il convient aux véridiques de ne pas dormir en raison des délices de l’amour d’Allah qui est dans leur cœur. Quelle distance sépare ces bienfaits !” 

On rapporte qu’il pleurait si souvent qu’il en résultât des traces sur ces joues.

Partager cet articles avec vos proches :

 

Extrait tiré du livre :

L’Authentique des Récits des Prophètes
(Œuvre Intégrale) Tome 2

Écrit Par Ibn Kathîr

Pages 372/373 – Éditions Tawbah

Commander le livre icon-cart

Note 4,8/5 ⭐⭐⭐⭐⭐ (selon 12 avis)


Retranscription autorisée par les éditions Tawbah.

Partenaire: